faire un gobetis

A privacy reminder from YouTube, a Google company

Réaliser un gobetis d’accroche pour enduit

Sign in to add this video to a playlist.
Sign in to report inappropriate content.
Sign in to make your opinion count.
Sign in to make your opinion count.
The interactive transcript could not be loaded.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Category

People & Blogs

License

Standard YouTube License

Autoplay

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

comment réaliser un gobetis d’accroche pour enduit

faire un gobetis

Forums Bricolage
Forums Jardinage
FAQ

Accueil
> Forums
> Forums Bricolage
> Forum bricolage en général
> Comment faire un gobetis et enduits façade ???

MESSAGE A L’ORIGINE DE LA DISCUSSION

Bonjour, Je compte me lancer pour faire les enduits de façade extérieurs en agglo creux de 20cm. Je post ici pour connaitre la recette d’un bon gobetis. Ainsi que la recette et conseils pour faire un bon enduit… Si vous avez des vidéos ou liens, je suis preneur. Par avance merci Cdt
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles nous paraissent difficiles… »
Pages
1
|
2

Bonjour il suffit de taper ‘tyrolienne » on y présente la machine, le mode d’emploi et la façon de préparer le gobeti et l’enduit
Bricoleur tout terrain, qui n’y connait pas grand chose, mais qui a une idée sur tout….. (ou presque……) L’expérience des uns n’est pas celle des autres

bonsoir, tout d’abord il faut identifier le support: si c’est récent (agglos, briques cuites type terreal, voire béton cellulaire) il faut un gobetis ciment type 32.5r dosé à 450kg/m3 de sable 0/4 il doit être liquide et appliqué au jeté truelle sur un support débarrassé de ses poussières et saturé d’eau la veille si le support est ancien, il faut alors utiliser la chaux hydraulique nhl 5 ou 3.5 selon les fournisseurs dosé de la même façon que le ciment sur un support décrouté et dépoussiéré et là aussi saturé la veille en eau application idem si c’est de la terre crue ou du pysée, il faut impérativement utiliser de la chaux aérienne même pour le gobetis!!! (dosages sur le sac) ensuite on applique de façon régulière et sans surcharge (un geste qui s’apparente au tennis doit être acquis!!!!) puis on laisse sécher au minimum une semaine pour la chaux et 3-4 jours au ciment (attention choix du liant selon le support!!!) ensuite vient le corps d’enduit qui consiste à redresser les murs anciens et préparer la couche de finition, je préconise de la chaux hydraulique nhl 3.5 dosée à 350kg/m3 de sable 0/4 pour cela, même geste que le gobetis mais avec un mortier moins mouillé (aspect pâte à pain) et utilisation de règles sur les angles ainsi que de cueillies tout les 3 ou 4 m selon les règles. l’enduit est serré à la taloche sur mur mouillé on laisse un mois entre le corps d’enduit et la finition afin de laisser craqueler (ce qui est normal) et de repérer d’éventuels désordres dans la maçonnerie(délai de 15jours sur support neuf) pour la finition donc, je préconise un mortier de chaux aérienne cl90 dosée à 250kg/m3 sable 0/2 dressé à la taloche et resserrée à la taloche éponge… !!!!! il ne faut pas de température négative pendant au moins 3 jours et si il y a trop de soleil, couvrir ou arroser généreusement les murs au fur et à mesure de l’application, idem si il y a du vent et surtout, un mur commencé doit être fini le plus tôt possible afin d’éviter les raccords!!!!!! on commence une finition par le haut et on fini par le bas pour des raisons logiques de propreté la chaux aérienne peux être facilement colorée dans la masse (il faut pour cela doser au seau de maçon: 10 seaux de sable pour 4 seaux de chaux aérienne et pigmenter en pesant précisément ces derniers !!! ne pas dépasser 14% de pigment par rapport au poids de la chaux!!!!) et elle a la particularité de se conserver!!! recouverte d’eau dans une brouette, elle peux tenir très longtemps et se bonifie!! (tant qu’il y a de l’eau dans la brouette!) voilà, pour d’autres précisions, je suis à votre écoute cordialement

Bonsoir, Merci Lanfeust13 pour ces explications très claires, je n’aurais jamais pensé au geste du Tennismann ! Je me demane si il ne faudrait pas mettre ton message dans une rubrique.

Bonsoir lanfeust13, Marie et Kriske…, Merci pour ta réponse, c’est vrai que çà a l’air vachement technique…Faut si connaitre Sinon j’ai vu que tuétais du 13 … D’où exactement ? A+
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles nous paraissent difficiles… »

Bonjour, Oups ..ça sent le contrat de travail!!! Mon cher Lanfeust13 tu as un candidat pour une partie de tennis

Bonjour Zozo pas très technique, pour jeter comme expliqué, c’est un tour de poignet (le mien est foutu) un peu d’entrainement avec du sable mouillé dommage que Lanfeust 13 n’indique pas les quantités en parts. (par ex 1 part de ceci + etc) c’est plus facile à gérer d’un autre côté pour de grandes surfaces il y a intérêt à être à plusieurs et c’est un travail qui devient vite fatiguant malgré tout.j’ai vu en allant dans les Landes il y 15 jours, un ouvrier qui procédait autrement, son mortier était posé sur une plateau qu’il tenait d’une main, et il projetait ce mortier de l’autre main directement du plateau contre le mur.je roulai, j’aurai du m’arrêter pour voir plus en détail sa technique, mais je n’étais pas seul sur la route.
Bricoleur tout terrain, qui n’y connait pas grand chose, mais qui a une idée sur tout….. (ou presque……) L’expérience des uns n’est pas celle des autres

Salut Kriske, Pour le jeter je sais faire à peu près, j’ai déjà boucher pas mal de saignée comme çà… Ma question portait plus sur le dosage. C’est vrai que: « Dommage que Lanfeust 13 n’indique pas les quantités en parts. (par ex 1 part de ceci + etc) c’est plus facile à gérer » Jiellesse, J’adore tes participations de plaisantin à chaque fois, c’est cool venant du modo..Cordialement A+
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles nous paraissent difficiles… »

Bonjour, Bricoler dans la joie et la bonne humeur c’est ma deviseRavi que tu comprennes…

Salut, Je suis de tout cœur avec touaaaaa….! Bonne journée
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles nous paraissent difficiles… »

Bonjour Zozo boucher des saigner et tapisser un mur, il y a deuxil faut appliquer au fur et à mesure de façon plutôt régulière pour ne pas avoir trop de bosses ou de creux.tout dépend su tu veux quelque chose de lisse ou de rugueux c’est un peu le problème de ces gens de métier, ils parlent comme des livres mais ce n’est pas pratique pour nous qui utilisons de plus petite quantités à la fois
Bricoleur tout terrain, qui n’y connait pas grand chose, mais qui a une idée sur tout….. (ou presque……) L’expérience des uns n’est pas celle des autres

Le plateaucomme tu dit s’appelle une taloche on pose le mortier dessus pour le prendre a la truelleet le projeter sur le mur et quand la taloche est vide on s’en sert pour régulariser le gobetit s’il n’est pas régulier !! le coup de truelle ce n’est qu’une question de vitesse et en remontant légérement , trés proche desgestes de tennis , revers et cout droit, je pratique les deux , mais ça sollicite pas mal le poignet ,question d’entrainementtu t’entraine sur un métre carré tu enléve et tu recommence ! la préparation du mortier est importante , pas trop épais pour le gobeti et un peu plus consistant pour la deuxiémr couche , on ta déja précisé les dosages !j’ai fais deux fois le tour de ma maison a la truelle il n’y a pas de raison que tu n’y arrive pas !!pour le revers (rire) tu tourne la truelle vers la gauche en prenant le mortier par le bas de celle ciet tu effectu le jeté , ce geste permet d’avoir plus de vitesse! exactement comme le revers au tennis !!!!!!!! maintenant il faut passer aux actes bon courage !!

Re, J’ai trouvé un petit lien explicatif sympa… http://www.youtube.com/watch?v=3tTB9G76n8A&feature=related Je maintiens qu’il faille s’entrainer d’abord…Pourriez-vous svp me dire quel mortier acheter ? Egalement quel gobetis ?Quel chaud etc… ? Merci Cordialement
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles nous paraissent difficiles… »

Le mortier ne s’achéte pas , ( si en minisac pour les bricoleurs qui veulent boucher un trou …..) on achéte le ciment chez un marchand de matéraiux ça existe maintenant en sac de 25 kgs.. ensuite il faut du sable pour le gobetit pas le méme que pour l’enduit ?le marchand de matériaux peut le fournir également pour le gobetit le sable contient des petits grains ( chez nous on ça le grain de riz ) pour faciliter l’accrochage pour l’enduit ensuite du sable plus fin ,si on veux un fini trés fin qu ne doit pas recevoir d’enduitde couleur mais peut étre peint , sinon on peut utiliser le méme sable que le gobetit mais on fais un mortier plus épais avecun peu plus de ciment que l’on prendra soint de bien talocher ça restera moins lisse et ça fais un bon accrochage si on met de l’enduit couleur par dessus ! ce qu’on appelle les 3 couches , de moins en moins employée , a l’heure d’aujourd’hui les façadiers font directement la couleur en une premiére couche pour régulariser le mur et ensuite la deuxiéme couche de finition suivant l’aspect désiré !mais le mortier est projeté par une pompeça va beaucoup plus vite,il font une maison dans la journée!!!!!!!! Pour les dosages en ciment c’est maintenant marqué sur les sacs au besoin demander au marchand de matériaux ils savent cela !! autre chose si on n’est pas rapide ne pas trop préparer de grosse bétonniére et la laisser tourner sinon ça durci un peu si l’arréest trop lpng et attention au redémarrage , rajouter un peu d’eau !! une derniére chose quand on fais une façade il faut essayer de la fini en une seule fois , si toute fois on s’arréte quelques heures le mortier tire et quand on reprend ça fait une surépaisseur a l’endroit ou l’on a arrété ,il faut donc pour éviter cela couper franchement a la truelle les derniéres jeréesqui n’on pas la méme épaisseur, cela permettra une reprise franche quand on talochera !! Bon je ne vais pas t’apprendre le métier , ça ne vaut pas une démonstration si tu a quelqu’un dans tes connaissances ça serait le mieus , les actes valent mieux que lesdiscours A+ bon courage

Bonjour la taloche je connais, elle me sert à aplanir l’enduit lorsqu’il est mis.je n’ai jamais songé à l’utilisé comme surface de stockage tel que le le vois sur la vidéo.je prélevais directement dans ma brouette.j’ai donc appris quelque chose aujourd’hui mais le geste fait par le type lorsque j’étais en route ne correspond pas du tout à celui de la vidéo, c’est ce qui m’avais frappé.les grandes surfaces seuls sont quasi impossible à réaliser pour un débutant. généralement les façadiers travaillent à plusieurs, ou utilisent une sorte de pompe et distribuent l’enduit sous forme de boudins superposés qu’ils étalent ensuite.j’ai vu pratiqué en face de chez moi.
Bricoleur tout terrain, qui n’y connait pas grand chose, mais qui a une idée sur tout….. (ou presque……) L’expérience des uns n’est pas celle des autres

Bonjour à tous, Et merci pour vos réponses… Il faut effectivement prévoir une bétonnière…J’ai 18m² à faire (avec deux tableaux de fenêtre et un tableau de porte) J’ai un maçon qui me propose: -La fourniture et pose en une couche de gris hydrofuge -Les 3 tableaux (2 fenêtres + 1 porte)-Le rebouchage des dessous de tuiles (entre chevrons) -La pose de deux appuis de fenêtre (que je fournis) -La pose d’un appuis de fenêtre (porte de service que je fournis) -La pose de deux grilles de protection (que je fournis) Le tout pour 1100 € (si je veux la couleur par la suite il me propose 800€) (plutôt que d’acheter ou me faire prêter une bétonnière, brouette, acheter les sac de ciment, chaux, etc…) Le jeu en vaut la chandelle non ? Merci Cordialement
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles nous paraissent difficiles… »
Pages
1
|
2
A découvrir sur Bricoleurdudimanche
Plus de 190 vidéos bricolage, pour apprendre à construire sa maison soi même !
Regarder les vidéos
DIY, inspirez-vous de nos idées déco !
Pas assez de budget pour votre déco ? Découvrez nos conseils pour la créer vous-même ! Soyez créatifs !
Voir nos conseils
Des vidéos pour tout savoir faire !
Des vidéos pour tout faire : tutos, trucs, astuces, savoir-faire, mode d’emploi, pour chaque instant de la vie.
Regarder les vidéos
Souvent surnommée le cœur de la maison, la cuisine est une pièce à vivre importante dans l’habitation.
Voir le dossier
La sécurité est un élément essentiel de l’habitation, dans ce dossier découvrez les différentes solutions pour protéger vos biens.
Voir le dossier
Plan du site :
Fiches Bricolage|
Fiches Matériaux|
Astuces Bricolage|
Vos Brico Projets|
Enquêtes et Dossiers|
Forums
Général :
Conditions générales d’utilisation|
Qui Sommes-Nous|
Contact|
Gestion de l’abonnement newsletter
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des services et publicités personnalisés et pour analyser notre audience.
En savoir plusici .
X
Astuces brico-déco en vidéo ! Apprenez pas à pas des astuces bricolage et découvrez des idées de décoration.
Tout savoir sur la construction maison Le guide référence de l’autoconstruction. Plein d’idées, produits, et vidéos.
Besoin d’un pro pour vos travaux ? Trouvez l’artisan le plus proche de chez vous !
Besoin d’un coup de main pour le jardin ?

Découvrez nos conseils pour l’équiper, l’aménager et l’entretenir en toute saison.

faire un gobetis

Inscription
Connexion

Maison
Argent
Famille
Santé
Droits
Carrière
Véhicule
Entreprise

Accueil
Types de mur
Cloisons
Revêtements
Construire et réparer
Qui contacter
Toutes les questions / réponses
Tous les articles « à la loupe »
Toutes les astuces
Toutes les fiches pratiques
Annuaire
Trouver un pro
Tous les experts
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.
Veuillez saisir le nom du destinataire
Veuillez saisir la valeur numérique correspondant à l’addition
Aucune information renseignée ne sera conservée.
Nous vous remercions d’avoir suggéré cette question.
Nous avons les réponses à vos questions !
Un guide clair et complet de 270 pages rédigé par nos experts.
Alors et vous ? Faites comme eux ! Inscrivez-vous !
Nous pouvons vous conseiller dans vos projets.
Inscrivez-vous pour poser vos questions directement aux experts sur tous vos sujets du quotidien.
1 million de membres
500 experts pour vous répondre
Recevez le meilleur de nos astuces !
Inscrivez-vous pour recevoir nos conseils, bons plans et astuces…
Aidez-nous en 2 min à mieux vous comprendre pour mieux répondre à vos besoins de bien-être minceur.
Toutes vos réponses resteront strictement confidentielles et les informations recueillies seront utilisées uniquement dans le cadre de cette étude
Quel est votre position exacte dans l’entreprise ? Aidez-nous à mieux vous connaître pour mieux répondre à vos futures problématiques.
Toutes vos réponses resteront strictement confidentielles et les informations recueillies seront utilisées uniquement dans le cadre de cette étude
Donnez-nous 2 min pour mieux cerner vos besoins en immobilier et orienter vos futurs choix.
Toutes vos réponses resteront strictement confidentielles et les informations recueillies seront utilisées uniquement dans le cadre de cette étude
Accordez-nous 2 min pour nous aider à mieux répondre à vos futures problématiques d’animaux domestiques.
Toutes vos réponses resteront strictement confidentielles et les informations recueillies seront utilisées uniquement dans le cadre de cette étude
Ne partez pas tout de suite ! Laissez-nous 2 min pour prendre note de vos besoins et nous aider à améliorer votre quotidien.
Toutes vos réponses resteront strictement confidentielles et les informations recueillies seront utilisées uniquement dans le cadre de cette étude
Vos questions sontentre de bonnes mains
En validant ce formulaire, vous signalez ce contenu ou cet utilisateur à Ooreka.fr comme portant préjudice au bon fonctionnement du service.
Veuillez sélectionner la raison du signalement (obligatoire)
Veuillez expliquer pourquoi ce contenu est inapproprié.
Guides, modèles de lettre, fiches pratiques…
On vous laisse la carte. Faites votre choix !
Le gobetis est une couche d’accrochage, riche en liants, qui permet de faire adhérer un enduit sur un mur. Dans le domaine de la rénovation, le gobetis pour la chaux est spécialement adapté aux murs anciens (mais peut aussi s’appliquer sur des supports modernes). En effet, réaliser un gobetis au ciment sur de vieilles pierres risque d’emprisonner une humidité qui, à terme, peut détériorer le mur.
Cette fiche vous explique commentfaire un gobetis pour la chaux .
L’enduit sur un mur ancien ou respirant doit être réalisé à la chaux afin de permettre l’évacuation de l’humidité.
Le principe de l’enduit, réalisé en trois étapes, est que chaque couche contienne un élément commun. C’est pour cette raison qu’un gobetis pour la chaux doit être réalisé à la chaux. En effet, un enduit à la chaux sur un gobetis en ciment ne tiendra pas dans la durée.
Voici les trois étapes d’un enduit :
Le gobetis pour la chaux sert d’accroche pour le corps d’enduit, qui sera à la chaux lui aussi.
Mise en garde: la chaux est un produit corrosif qui nécessite un équipement de protection adapté pour son utilisation (gants, masque, lunettes et manches longues).
Mouillez le mur 24 heures avant le passage du gobetis.
S’il s’agit d’un mur ancien, piquez-le avec un pointeau et un marteau afin de faciliter l’accroche du gobetis. Posez la pointe du pointeau sur le mur et tapotez doucement avec le marteau. Répétez l’opération environ tous les 10 cm.
Si des parties superficielles des joints deviennent friables, ôtez-les.
Mouillez à nouveau le mur une heure avant le passage du gobetis.
Pour préparer votre gobetis pour la chaux, vous aurez besoin :
Le dosage dépend en effet de la matière de votre mur :
Note  : le dosage de l’eau se fait à l’appréciation personnelle (selon l’humidité ambiante) mais la consistance du gobetis pour la chaux doit être celle d’une soupe.
Note  : ne lissez pas votre gobetis pour la chaux. Son aspect rugueux facilite l’accroche du corps d’enduit.
Important: le gobetis étant particulièrement liquide, il est impératif de protéger le sol et les abords du chantier avec des bâches en plastique.
Gants, lunettes et masque de protection
Cette fiche est maintenant terminée,

mais entre nous ce n’est pas fini…

Vous pouvez aussi :
epuration biologique des eaux usées
|lyseconcept
agent immobilier
|aab-immobilier.com
Décrivez votre demande en quelques clics.
Des spécialistes de votre région vous contactent sous 48h.
Merci de préciser le type de prestation souhaitée afin de vous orienter vers les pros qu’il vous faut.
Merci de préciser votre code postal.
Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot
En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :
Vos questions sont entre de bonnes mains

faire un gobetis

Créer mon compte
Me connecter
Créer mon pseudo

Les concours de l’année
La boîte à idées

La fonction de suggestion automatique permet d’affiner rapidement votre recherche en suggérant des correspondances possibles au fur et à mesure de la frappe.

Accueil

>

Le Forum

>

Forum Construction

>

dosage gobetis

Accueil

>

Le Forum

>

Forum Construction

>

dosage gobetis

La fonction de suggestion automatique permet d’affiner rapidement votre recherche en suggérant des correspondances possibles au fur et à mesure de la frappe.
Créer mon compte
Me connecter
Créer mon pseudo

Changer de forum :

Sélectionnez un forum

Le défi – Détournement d’objets
Le Défi – Stickers : La Nature Revisitée
Le Défi – Rangez rusé !
Vos idées en 3D
A vos marches, prêts, votez
Nouvelle Cuisine – Vous avez relevé le défi !
Jeu concours Rangement Optimisé Hub System
Concours de Noël / Partagez vos plus belles décos
Ma douche à l’italienne
Partagez vos compositions Multikaz
Mon abri de jardin personnalisé
Relooking meuble
La plus belle terrasse
Relooking meuble – Étape 2
Tout le monde au balcon
Tendance Pochoir
Bricoler en hauteur
Limitons l’impact de nos emballages
Toutes vos idées numériques
Concours – Un atelier à partager
Ma création DIY
WC créatifs
Le carrelage habille mon mur
Fier de mon intérieur
Cuisine Delinia
1, 2, 3, Lumière !
Papier peint dans tous ses états
Les enfants au jardin !
Ma nouvelle salle de bains
Rénover pour tout changer
Ma façade en un clin d’oeil
Je me chauffe au poêle !
Portail
Rangement
Mon Nöel fait maison
Mes effets de lumière
Cuisine
Relooking meuble
Ma verrière d’atelier

S’abonner au fil RSS

Marquer le sujet comme nouveau
Marquer le sujet comme lu

Placer ce Sujet en tête de liste pour l’utilisateur actuel
S’abonner

Page imprimable

Signaler un sujet

«
Liste des sujets

«
Sujet précédent

Sujet suivant
»

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

Modérateur – Grand Passionné Vétéran

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

Modérateur – Grand Passionné Vétéran

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

Un travail bien préparé est déjà à moitié réalisé …..

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

Distributeur enduits minéraux,sols coulés colorés,enduits spéciaux ambiance humide. Adjuvants,produits techniques d’étanchéité,de cuvelage,de nettoyage et de traitement de surface.

Marquer comme nouveau
S’abonner

S’abonner au fil RSS

Surligner
Imprimer
Envoyer à un ami

Signaler un contenu inapproprié

«
Liste des sujets

«
Sujet précédent

Sujet suivant
»

59317 sujets: l’espace d’entraide des passionnés de la maison

faire un gobetis

L’article n’a pas été envoyé – Vérifiez vos adresses e-mail !
La vérification e-mail a échoué, veuillez réessayer
Impossible de partager les articles de votre blog par e-mail.
Miscellanées du bâtiment et du bricolage
La réalisation d’un enduit à la chaux nécessite plusieurs couches qui ont des fonctions différentes : le gobetis est la première couche de l’enduit, au contact du support.
Le gobetis est une couche grasse (riche en liants) qui sert à « salir » le support pour permettre la bonne accroche de l’enduit.
On peut éventuellement s’en passer sur un support ancien très ouvert (limousinerie en petits éléments, beaucoup de surfaces de joints) ; il est au contraire indispensable sur un support « fermé » : surface très plane, moderne, grandes pierres froides.
On recommande particulièrement le gobetis quand le reste de l’enduit est posé en coffrage : en effet, sans projection, l’accroche est plus fragile.
Le gobetis  se fait à la chaux hydraulique ( possible en chaux aérienne, mais aucun intérêt et temps de séchage très longDéconseillé en chaux aérienne). Sur un support moderne non respirant (béton, parpaings, etc.), on fera un gobetis bâtard (moitié ciment, moitié chaux) qui servira d’interface.
C’est un mélange riche en liant : 500 kg de liant / M3. On utilise du sable grossier, par exemple du 0/4.
Pour un sac de chaux de 25 kg (soit 500 kg / 20), on utilise 50 l de sable (soit 1m3 ou 1 000 litres / 20).
Consistance soupe. S’applique à la tyrolienne (15 €) ou à la brosse de balai (3 €). Épaisseur variable, environ 5 mm, l’important est de faire des « crêtes », un aspect un peu crépi projeté. Support mouillé largement.
On ne lisse JAMAIS un gobetis, et pour cause… (gobetis = « couche de salissure » = « couche d’accroche »), d’ailleurs on ne fait aucun « surfaçage », on le laisse tel qu’il est. Cette couche est très rapide à réaliser, et peut se faire plusieurs semaines (ou mois) avant la suite du chantier. Elle est recommandée pour les pierres froides (dures) et/ou avec de grandes faces apparentes, qui pourraient diminuer l’adhérence du corps d’enduit.
Le  renformis  est conseillé sur les murs tourmentés, pour combler les creux de maçonnerie. Il économise le travail de corps d’enduit. Même dosage que le gobetis, mais consistance sèche. On bouche les trous avec des cailloux et ce mortier. Il se fait théoriquement après le gobetis, mais c’est le genre de travail que vous pouvez mener en amont de votre chantier enduit.
Notez que le gobetis est une technique – relativement – moderne, car elle est surtout nécessaire sur les supports fermés (pierres froides, surfaces ciment, etc), alors que les supports anciens sont la plupart du temps « ouverts » (terre, pierre de tout venant, etc.). C’est sur cette couche qu’on « trichera » pour rendre compatible à la chaux un support moderne (à l’aide de résines, sablon, etc).
Le renformis en revanche est une couche injustement méconnue et souvent bien plus utile sur les supports irréguliers.
Un grand merci pour tous ces détailles …
Claire et efficace .
Christina
Merci pour ces informations très éclairantes!
Pensez-vous qu’il soit nécessaire de faire un gobetis sur un mur en galet lisses?
Nous souhaitons enduire nos mur intérieur en galets qui ne sont pas très beau mais nous ne savons pas vraiment quel matériaux utiliser.
Le gobetis est conseillé sur les surfaces « froides », c’est à dire lisses et étendues. Il est donc nécessaire sur un mur en galets.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec*
Prévenez-moi de tous les nouveaux commentaires par e-mail.
Prévenez-moi de tous les nouveaux articles par email.
Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.
Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

faire un gobetis
(Le message s’auto-fermera dans 2 secondes)
Bonjour,
est il nécessaire de faire un gobetis lorsque la pose de l’enduit est faite avec un pot de projection (sur compresseur)? peut on directement réaliser le corps d’enduit puis après la finition ?

Le gobetis est obligatoire. Il est imposé par le DTU (Document Technique Unifié n° 26.1) et doit avoir une épaisseur de 5mm. Il est faut de dire que l’on peut faire le gobetis en même temps que le corps d’enduit. Il faut aussi respecter le temps de recouvrement de cette première couche qui est de 24h. En respectant le dosage et le temps de séchage de chaque couche, on supprime les phénomènes de fantôme (apparition de traces lors du séchage et par temps humide). Attention aussi de bien utiliser le bon liant qui correspond au support.
Bon courage
Didier

Bonsoir

Si ton enduit est traditionnel, Didier t’as répondu, mais si il est du type prêt à l’emploi la couche de gobetis est déconseillée, dans ce cas il est aussi possible de réaliser un ragréage au compresseur 24h avant, couche spécifique destinée à aplanir les irrégularités du mur et augmenter l’opacité finale.

Bonne réalisation

Merci des deux réponses qui expliquent le pourquoi de la question : les positions sont différentes ( trois couches ou deux couches) et en plus il me semblait que le gobetis était surtout recommandé dans les applications manuelles.
Si je vous comprends bien le gobetis est principalement utile pour les fantômes plus que pour l’accrochage ?

En fait sur une maison en auto construction ( murs en parpaings)je veux faire un premier enduit d’imperméabilisation et de réagréage (pour pouvoir commencer les isolations) et dans un mois ou deux la couche de finition avec un enduit type prêt à l’emploi.
Pour ma part il me semble que le temps d’attente (DTU) après gobetis est 48H.

D’autre part j’hésite sur le liant pour ce sous enduit : ciment ou mélage chaux ciment (type CALIX). A priori j’utiliserai un enduit de finition allégé de chez W et B dont la composition est ciment blanc + chaux aérienne

Bonsoir Pmaria

Encore un coup des DTU, D comme directives sur le papier, mais D comme dérogation sur le terrain : depuis le passage à l’Europe beaucoup de choses ont changé, les 24h sont passées à 48h pour un gobetis, 21 jours à 28 jours pour le béton … mais avant ces directives s’appliquaient aux conditions climatiques moyenne de notre pays, d’où notre chance d’y habiter car zone chaude de l’Europe

Bon, réponse à ton post car soucis en perspectives par manque d’informations, ça va être long mais ensuite tu pourras choisir en connaissance de cause.
Gobetis =couche d’accroche jetée liquide réalisé avec un agrégat recommandé grenu, dosage légèrement forcé (1 pour 2 à 2,5), sous couche d’un enduit taloché lisse ou non réalisé avec les mêmes constituants (appelé enduit de redressement, de ravalement), dosage 1 pour 3, épaisseur 1,5 à 3cm, généralement hydrofugé dans la masse, tiré à la règle sur taquet pour une finition parfaite et destiné à recevoir soit une peinture (si lissé très fin) soit un enduit de finition. Un gobetis doit donc être recouvert au maximum avant 7 jours, idéal 24h, car le but en passant cette couche qui va « tirée » très vite, c’est d’obtenir une accroche rapide sur la surface et permettre la migration du liant de l’enduit (son accroche), ralentissant ainsi la cure du gobetis donc augmentant sa dureté : en résumé une couche qui tire rapidement donc qui s’accroche bien et qui peut ainsi supporter rapidement une autre couche qui va ralentir son temps de séchage donc assurer l’homogénéité de l’ensemble.

Enduit prêt à l’emploi : ces produits sont destinés à une application directe sur les murs (agglos, briques, béton, …), éventuellement sur une sous couche appropriée (pour l’opacité et le lissage des joints structurels) leurs constitutions sont « synthétiques », toutes sortes d’adjuvants pour l’accroche, l’étanchéité, la résistance au UV, l’homogénéité de teinte… ils ne sont donc pas compatibles avec un gobetis traditionnel (une galère onéreuse assurée, imagé une lèpre à cours terme) mais peuvent s’appliquer sur une enduit traditionnel après séchage complet, ce qui se pratique très rarement car surcoût inutile, mais pour des raisons d’esthétique certains fortunés l’exigent.

Voilà, je pense t’avoir dit l’essentiel pour t’aider dans ton projet, si doutes ou nécessité de détails, n’hésites pas.

Bon choix et bonne réalisation

« le bat par écrit, c’est fastidieux, mais c’est cyber »

salut, merci de la réponse
bof pas trop fortuné mais comme je fais moi même c’est surtout de l’huile de coude -)

je m’oriente donc vers un premier enduit pour redresser et imperméabiliser puis plus tard une finition en couleur
J’attendraidonc entre 24 et 48h selon les cotés ,

1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))

Accueil des forums
Aide
  |– Forum Idées déco
  |– Forum Revêtements
  |– Forum Restauration
  |– Forum Bâtiment
  |– Forum Electricité
  |– Forum Plomberie
  |– Forum Domotique
  |– Forum Auto
  |– Forum Outillage
  |– Forum Electroménager
  |– Forum Chauffage/Clim.
  |– Forum Evénement invités
  |– Forum EcoHabitat
  |– Forum Charpente et Toiture
  |– Forum Copeaux
  |– Forum Métallo
  |– Forum Trucs
  |– Forum Jardinage
  |– Forum Modélisme
  |– Forum Loisirs créatifs
  |– Forum Annonces

 
Powered ByIP.Board
© 2017   IPS, Inc .
Bienvenue invité(Connexion|Inscription)
Nous sommes le : 07/04/2017 – 16:13

faire un gobetis

Le bon dosage pour l’enduit (gobetis et corps d’enduit)
Ce sujet comporte 12 messages et a été affiché 82.445 fois

Lancer unnouveau sujet

Poster uneréponse
Messages :Env. 100
De :Papeete
Ancienneté :+ de 7 ans
Le bon dosage pour l’enduit (gobetis et corps d’enduit)
Bonjour à tous,

avant de lancermon post je tenais à tous vous remercier pour tous les conseils que j’ai pu avoir sur ce forum. Voilà 3 ans et demi

que je suis en auto-construction et j’arrive à la phase de l’enduit. J’ai embauché des artisans qui m’ont fait du sale boulot car l’enduit

sefissureet se décolle des murs. A mon avis il s’agit d’un problème de dosage car déjà au niveau du gobetis ça s’éffrite et une fois

le corps d’enduit appliqué les fissures apparaissent aux bout de 3 jours et ça sonne creux en dessous. Les murs intérieurs sont tous

fait (hé oui à Tahiti on enduit les murs intérieurs) mais vont etre à refaire. Les facades extérieurs ne sont pas encore faites et je viens

vers vous pour connaitre le bon dosage pour le gobetis et le corps d’enduit. La troisième couche sera un enduit pret à l’emploi que

j’achèterai par touque de 13 kg.

Gobetis dosé à 500 kg et corps d’enduit à 400 kg mais qu’en est-il au niveau du dosage ? Je travaille avec des sacs de ciment de 50 kg.

Si vous pouviez m’indiquer le nombre de pelles de sable et de seau d’eau à mettre pour un sac de 50 kg de ciment pour le gobetis et

le corps d’enduit.

Je vous remercie pour votre aide.
Ne vous prenez pas la tête pourvos travaux de facade… Allez dans la section devis facades – enduits du site, remplissez le formulaire et vous recevrez jusqu’à 5 devis comparatifs de enduiseurs de votre région. Comme ça vous ne courrez plus après les enduiseurs, c’est eux qui viennent à vousC’est ici :http://www.forumconstruire.com/construire/devis-0-62-devis_facades_enduits.php
Messages :Env. 100
De :Papeete
Ancienneté :+ de 7 ans
Personne ne connait le bon dosage pour l’enduit ?
Messages :Env. 300
Dept :Finistere
Ancienneté :+ de 6 ans
Bonsoir , les dosages sont donnés pour unm3 de produit fini , un dosage à 500kg donne un sac de 50kgs pour 100litres de sable , il te reste à mesurer combien de sable tu mets dans ta pelle et en divisant 100 par cette valeur tu devrais avoir réponse à ta question .

Cordialement
Messages :Env. 200
De :Corbieres (4)
Ancienneté :+ de 7 ans
Si je croi ce que j’ai glané a droite à gauche, c’est :

Mortier: 1 seau de ciment pour 3 de sable

Gobeti: 1 seau de ciment pour 1 seau de sable

Coprs d’enduit: 1 seau de ciment pour 2 seau de sable
Messages :Env. 100
De :Papeete
Ancienneté :+ de 7 ans
J’ai trouvé les memes info que David2059 mais quel est le dosage en eau pour le gobeti ?

Pour le corps d’enduit c’est deux seau et demi.
Messages :Env. 10
Dept :Bouches Du Rhone
Ancienneté :+ de 3 ans
Bonjour

le gobetis 63 litres pour 35 kg de ciment pour 50kg 63×50/35

corps d enduit 74 litres pour 35kg de ciment 50kg 74×50/35

finition 84 litres pour 35kg
Messages :Env. 100
De :Papeete
Ancienneté :+ de 7 ans
Hamanou as-tu vérifié tes dosages avant de le répondre au post car si on fait ce que tu dis on obtient de la soupe et je ne vois pas comment l’enduit peut tenir !!! Par ailleurs tu ajoutes encore plus d’eau pour le corps d’enduit que pour le gobetis, c’est pas logique ! Tes infos sont erronées.
Messages :Env. 10
Dept :Bouches Du Rhone
Ancienneté :+ de 3 ans
Bonjour newgilo

litres de sables pas d eau

le mortier pour le gobetis doit être fluide

pour le corps d enduit doit être onctueux
Messages :Env. 100
De :Papeete
Ancienneté :+ de 7 ans
Pardon Hamanou je n’avais pas compris que tu parlais en litre de sable car ma question précédente était le dosage en eau pour le gobetis et le corps d’enduit.

Pour le dosage en ciment sable voici ce que j’ai trouvé :

gobetis : 50 kg de ciment, 90 litres de sable pour une surface couverte d’environ 25 m2 (couche de gobetis 5 mm)

corps d’enduit : 50 kg de ciment, 160 litres de sable pour une surface couverte d’environ 10 m2 (couche de corps d’enduit 1 cm)
Messages :Env. 10
De :Ollioules (83)
Ancienneté :+ de 3 ans
Bonsoir,

Voilà ce que j’ai trouvé concernant les dosages pour enduit sur béton,parpaingsetbriques :

Gobetis: 500kg/m3 avec un sable 0/4 – épaisseur 4 à 5 mm soit3seaux de ciment pour5 à 6seaux de sable.

Le corps d’enduit: entre 350 et 400kg/m3 avec un sable 0/4 – épaisseur 10 à 12 mm soit5seaux de chaux pour8 à 10seaux de sable.

La couche de finition: entre 250 et 400kg/m3 avec un sable 0/2 – épaisseur 5 à 6 mm soit5seaux de chaux pour8 à 14seaux de sable.
Messages :Env. 20
Dept :Cher
Ancienneté :+ de 4 ans
Messages :Env. 70
Dept :Isere
Ancienneté :+ de 6 ans
Bonjour,

J’ai une question concernant le crepis.

Quel type de sable faut-il utiliser ? parfois je vois du 0/5, parfois du 0/2, parfois du 0/4…

Quelle est l’influence de la finesse du sable ? autre que pour la couche de finition.

Pourriez-vous me donner les quantités de ciment et de sable par m² pour le gobetis et pour le corps d’enduit ?

Merci

Nicolas
En cache depuis le dimanche 26 mars 2017 à 03h08

Lancer unnouveau sujet

Poster uneréponse

ForumConstruire.com c’est quoi ?
ForumConstruire.com est un site sur lequel les membres échangent leurs expériences personnelles concernant la construction de leur maison, et cedepuis 2004. Grâce aux 320 694 membres et aux 4 340 282 messages postés, vous trouverez forcement des réponses à vos questions sur l’administratif, la construction, le bricolage, la décoration, le jardinage …
Sites partenaires :
voir nos partenaires
Contacts|Signaler un contenu illicite|
Mentions légales|Baromètre|CGU|Presse|Publicité, annonceurs
ForumConstruire.com © 2004 – 2017 ForumConstruire SARL |

0.117

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de services tiers pouvant installer des cookies J’accepteEn savoir plus
«  Enduit  »
Discussion lancée par- 8 réponses
«  Enduit sur peinture ???  »
Discussion lancée par- 2 réponses
«  Enduit sur polystyrène rainuré  »
Discussion lancée par- 36 réponses
«  Enduit sur ancien crépis  »
Discussion lancée par- 0 réponses
«  Taux de TVA applicable pour un enduit de murets  »
Discussion lancée par- 1 réponses
«  Enduit intérieur du garage  »
Discussion lancée par Ric85 – 4 réponses
«  Mon enduit verdi  »
Discussion lancée par jma23 – 7 réponses
Devis enduits, crépis de facade
Demandez, en 5 minutes, 3 devis comparatifs aux professionnels de votre région. Gratuit et …
Guide enduit, bardage et parement
Les guides vous aident à y voir plus clair sur la construction.
Enduirama : comparez les rendus des enduits
Découvrez les outils et services exclusifs de ForumConstruire.com

faire un gobetis

Language:
English
Mature content filter:None
Please enable JavaScript to experience Vimeo in all of its glory.
Luc Meige vous explique les étapes de restauration d’un mur de pierres à l’aide d’un corps d’enduit isolant. Gobetis, corps d’enduit et finition sont les trois étapes clés de la restauration d’un mur. Si l’on utilise un corps d’enduit isolant, il faut rajouter un enrobage. Toutes ces étapes sont réalisées à l’aide de mortiers à base de chaux pour laisser respirer les murs. Les produits prêts à l’emploi HAGA sont composés uniquement de matières premières naturelles et sont de ce fait 100% recyclable. La chaux protègent naturellement les murs de l’apparition des mousses et champignons et évite qu’ils se détériorent avec l’arrivée du salpêtre.
HAGA, des enduits traditionnels pour des maisons durables.
We think it’s important to have control over your connections. Learn more aboutMember Block.
TM + © 2017 Vimeo, Inc. All rights reserved.

faire un gobetis
Créez un compte ou connectez-vous pour des recommandations personnalisées
x Advertising Console Copy to clipboard
Space ↑ ↓ m f Esc → ← Shift → Shift ← 0 – 9 → ←
© 2005 – 2017 Dailymotion
Pays : france
Nous utilisons des cookies en vue d’améliorer votre expérience en ligne et de vous offrir des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En utilisant Dailymotion, vous reconnaissez accepter notre charte sur les cookies .

faire un gobetis

Devenez membre
Identifiez-vous
Recevez la newsletter
Devenez membreIdentifiez-vous
Recevez la newsletter
Questions à Christian Pessey
Ecoutez mon émission   

Brossage du mur

1. Laréalisation d’un enduit muralcommence par la préparation de son support. Même neuf, il n’est jamais en parfait état avant d’avoir été recouvert par une couche d’enduit. Après réparation éventuelle du gros œuvre, la surface doit être propre et saine. Éliminez à la brosse la poussière et les impuretés qui peuvent s’y trouver. Comme dans le cas d’une surface à peindre, un support sale nuit à l’accrochage du revêtement. Dans ce cas, la dégradation est tardive mais inéluctable.

Aspersion du mur

2. Le plus souvent, la structure à recouvrir est constituée de matériaux poreux. Pour sa préparation, l’enduit comporte une grande quantité d’eau, supérieure à celle nécessaire à sa cristallisation au séchage. Un support poreux, absorbant une grande partie de l’eau de l’enduit, risque d’en priver celui-ci pour une prise correcte. C’est le danger du pompage du gros œuvre par capillarité. Il est indispensable de mouiller le support avant d’enduire ; abondamment s’il s’agit de parpaings, de béton brut ou de briques creuses.

Projection du gobetis

3. Préparez un enduit clair, c’est-à-dire très dilué : projetez-le sur la paroi humide du revers de la truelle. Ce gobetis, sous-couche à l’enduit définitif, joue un rôle important. Sa fluidité permet la première imbrication d’une matière dans l’autre. Le support rugueux présente autant de “pièges” à particules que de cavités ; ces aspérités jouent le rôle de crampons et solidarisent le gros œuvre et la couche d’enduit.

Le gros œuvre n’est jamais parfaitement plan ni vertical. Il est difficile de rattraper et de rectifier ces anomalies en passant la couche d’enduit de façon intuitive. L’enduit corrige les imperfections du support. L’épaisseur de l’enduit se situe dans une fourchette de 1 à 2 cm, sinon il se décolle inéluctablement. .

Contrôle à la règle

4. Disposez des cales de bois ou repères d’épaisseur sur le gros œuvre dont la face vous indiquera la surface finale de l’ enduit mural . Contrôlez leur alignement et leur verticalité avec une grande règle en bois ou en aluminium parfaitement droite.

Contrôle au fil à plomb

5.  Contrôlez également le verticalité avec le fil à plomb. Assurez-vous, par la même occasion, que la paroi n’est pas convexe ; sinon, profitez-en pour lui rendre sa verticalité

Contrôle d’épaisseur

6. Tirez un peu de mortier entre les cales pour évaluer l’épaisseur des futures couches d’enduit. Contrôlez que la ou les couches d’enduit ne dépassent pas les repères définis.

Projection du corps d’enduit

7. Pourfaire un enduit , gâchez à l’auge l’enduit à projeter sur le gobetis. Procédez à la truelle, d’un geste sec, comme pour un revers au tennis. Le gobetis facilite l’accrochage de cette lourde quantité d’enduit ; il est fait du même mortier que le gobetis. Sa surface est rugueuse. Jetez la totalité de votre mortier sur le mur, si possible en une seule fois. N’attendez pas qu’il commence à prendre!

Tirage de l’enduit à la règle

8. Avant que le mortier ne commence à prendre, tirez la règle du bas vers le haut, sur toute la surface ainsi enduite. Prenez pour repères les cales d’épaisseur. Faites progresser la règle en un mouvement alternatif latéral. L’épaisseur de la couche sera ainsi parfaitement égalisée. Récupérez le mortier décroché en remontant et projetez-le de nouveau sur le mur. Reprenez la surface autant de fois qu’il est nécessaire.

Retrait des cales

9. Retirez les cales d’alignement en les faisant sauter délicatement avec le bout de la truelle. Le tirage de l’enduit avec la règle ne donne pas une surface parfaitement plane : certains manques peuvent subsister. Rebouchez-les à l’enduit, de même qualité que le premier utilisé. Passez la taloche en un mouvement circulaire. La surface doit être bien plane avant la finition.

Rebouchage des vides laissés par les cales

10. Le mur étant entièrement enduit, rebouchez délicatement les manques avec du mortier, à la truelle.

Lissage à la taloche

11. Passez la taloche sur toute la surface enduite. Travaillez le plus rapidement possible avant que l’enduit ne commence à prendre.Commencez à le faire même si tout le mur n’est pas enduit. Le passage de la taloche permet de corriger encore les différences de niveau. Elle masque les étapes successives de progression. Elle donne une surface finale plane et régulière.

Lissage à l’éponge

12. Passez une grosse éponge mouillée sur l’enduit taloché en un mouvement tournant. Cette étape lisse l’enduit pour le préparer à recevoir un éventuel revêtement mural ou uncrépi .

Utilisation de la tyrolienne

13. Dehors, aprèsenduire un mur extérieur , vous pourrez projeter un crépi classique en mortier à la tyrolienne, appelé aussi « crépi moucheté ». Pourfaire un crépi , cette machine est constituée d’un carter à ouverture frontale pour charger le mortier. Des peignes métalliques tournent à l’intérieur de ce carter par l’intermédiaire d’une manivelle. Ils projettent régulièrement des particules d’enduit, qui forment autant de picots.
Ceci n’est pas une publicité mais une information sélectionnée par maisonbrico.com
Attention: les données fournies ici ne résultent pas d’un essai par l’équipe de
Maisonbrico.com mais
reposent sur les informations fournies par la marque, dont nous vous faisons profiter en priorité, dès
la
publication des dossiers de presse, pour vous aider à bien choisir.
Recouvrir un mur brut (en brique, en pierre ou en béton) d’un enduit, permettra d’obtenir une surface lisse apte à recevoir un crépi (en extérieur) ou un revêtement (en intérieur). Quel que soit le mur, pourenduire un mur , vous commencerez toujours par la projection à la truelle d’un enduit de fond, dit « gobetis », servant de sous-couche à l’enduit principal (« le corps d’enduit »). Celui-ci sera posé une fois le gobetis sec. Sur une façade, on pourra aussiappliquer un enduit de finitionet, enfin, un crépi moucheté à la tyrolienne.

faire un gobetis
Cas pratique d’utilisation de matériaux écologiques : le mortier chaux-chanvre
Le gobetis constitue la première couche d’enduit.
Le gobetis est la couche mince d’accrochage d’enduit.
Il a pour fonction de « fixer » les supports anciens et notamment les parties friables non éliminées par le piquage.
Il constitue une protection à l’intérieur même de l’enduit fini, contre le ruissellement de l’eau. Plus fortement dosé en liant, il est étanche à l’eau mais perméable à la vapeur d’eau.
Du gobetis à la couche de finition, le principe est d’appliquer un dosage dégressif enliant, la première couche étant la plus chargée en chaux.
Le gobetis est généralement réalisé en chaux hydrolique. Mais les supports en terre crue peuvent recevoir une chaux à plus faible résistance type NHL2 ou même une chaux aérienne.
Le séchage  du gobetis s’opére en deux ou trois jours selon les conditions atmosphériques
Le gobetis doit conserver un aspect rugeux, permettant l’accroche des couches suivantes. Si la qualité du bâti le permet, ne pas oublier de dégager les pierres d’angles et les encadrements de fenêtres.

faire un gobetis

Editer l’article

Administration

Connexion

Créer mon blog

Blog
:
Le blog de pace1

Description

:
Le blog de Pace pas simplement le sport mais la psychologie aussi. J’aimerai aussi offrir mes connaissances sur la maçonnerie.

Contact

La pratique des arts martiauxLa technique dans les arts martiauxFaire un bassin dans son jardin

<< NOS MODES DE CALCULS : visions…

Les assouplissements (3ième… >>
5 février 2012
7
05
/ 02
/ février
/ 2012
14:57
Published by pace1


dans
maçonnerie et bricolage

commenter cet article

<< NOS MODES DE CALCULS : visions…

Les assouplissements (3ième… >>

CROIRE EN DIEU ET NE PAS Y CROIRE.

CONSEILS ET ASTUCES

MON PERE ET MA MERE

COMPOSITION N°2. Un petit aperçu (guitare)

Un petit aperçu (guitare)

L’INCONSCIENCE AU VOLANT.

PAGE BLANCHE (aucunes idées)

NOS MODES DE CALCULS : visions élargies.

COMMENT BIEN DOSER LE CIMENT (N°2)

Les assouplissements (3ième étape)

CONSEILS ET ASTUCES

Links

MON PERE ET MA MERE

Voir le profil depace1sur le portail Overblog
Créer un blog gratuit sur Overblog
Top articles
Contact
Signaler un abus
C.G.U.
Rémunération en droits d’auteur
Offre Premium
Cookies et données personnelles

Nous allons voir un dosage de ciment pour la couche primaire d’un enduit extérieur. Le mélange obtenu sera d’une consistance liquide et d’un dosage élevé en ciment. En comparaison du sable ajouté pour le mélange avec le liant, le
sable aura une quantité assez moindre.
Cette couche primaire se nomme gobetis, couche d’accrochage qui ne sera ni talocher, ni frottasser. On projette le gobetis
en façade, en conservant les pics rendus par le jeté à la truelle ou à la tyrolienne.
Pourquoi  ? Elle va permettre une meilleure durabilité de l’enduit, et évite les décollements. On évitera également les surcharges, il faut garder une certaine régularité dans l’épaisseur.
Reprenons toujours la même formule de calcul pour le dosage.
600 : 1000 = 0.6                        Une brouette de sable 60 litres (12 à 15 pelles)
0.6 x 60 l. = 36 kg de ciment x 0.86 = 30.96 litres de ciments…….. En pratique 3 sceau de 10 litres de ciment
2 à 3 sceau d’eau mélanger le tout jusqu’à obtention ; un aspect assez liquide mais pas de trop non plus, légèrement plus
liquide qu’une couche de finition. L’épaisseur du gobetis devra se contenter de 5 mm.
Je préfère détailler les différentes phases d’un enduit dans cette rubrique afin d’éviter des confusions, c’est plus facile à assimiler. Par contre vous pouvez me demander des conseils en allant sur mon blog pace1.over-blog.com.
sceaux = seaux

Quel calcul pour dire : deux seaux de sable pour un seau de ciment

faire un gobetis

15 novembre 2015 / Leroy-Brico /
Bricolage
Avant toute chose, nous tenons à préciser que nous ne sommes pas maçons. Notre réalisation n’est sûrement pas parfaite. Lorsque nous avons acheté notre maison, les murets extérieurs étaient en parpaings nus. Nous nous sommes renseignés pour appliquer un enduit traditionnel et il s’avère que le prix est assez élevé. Nous avons donc décidé de faire un enduit ciment beaucoup moins onéreux… Retrouvez dans cet article toutes les étapes pas à pas :
1. Le gobetis :
Pour que votre enduit accroche correctement aux parpaings, il faut faire ce que l’on appelle un « gobetis » : c’est un mélange de sable et de ciment très liquide. Il faut le projeter avec un bon revers de truelle sur le muret de sorte de le moucheter et réaliser un aspect crépis.
2. Les couvre murs :
Nous avons mis les couvre murs avant d’enduire. Nous les avons collés comme un parpaing (mélange sable et ciment).
3. Les guides :
Certains les appellent les rablettes. Avant de commencer à enduire, nous avons fixé les guides qui ont servi de repères pour l’épaisseur de l’enduit et pour le tirer à la règle. Nous avons percé et chevillé. Pour info, elles faisaient entre 15 et 20 mm d’épaisseur.
4. Dosage et consistance du ciment :
Pour le ciment, nous avons réalisé dans une bétonnière un mélange de 3 seaux de sable pour 1 seau de ciment. Pour l’eau, pas de dosage précis : nous avons mis petit à petit l’eau pour obtenir un mélange assez gras et collant. Il est préférable d’avoir du sable de 0/2 (granulométrie). En effet, plus le sable est fin, plus le rendu final sera lisse.
5. L’application de l’enduit :
Pour appliquer l’enduit sur le mur, il y a plusieurs méthodes. Si vous n’êtes à l’aise avec le « jeté de truelle » (comme moi au début), vous pouvez tout simplement appliquer l’enduit sur le mur, toujours du bas vers le haut, en lissant avec la truelle. La meilleure solution reste de jeter l’enduit en paquets contre le mur et de finir en lissant avec la truelle pour « resserrer » l’enduit, toujours de bas en haut.
6. Tirage à la règle :
Une fois l’enduit appliqué sur le mur entre les guides, nous l’avons tiré à la règle du bas vers le haut en faisant glisser la règle de gauche à droite tout en montant pour enlever le surplus. Nous avons préféré une petite règle (1,50 m) pour la facilité de manipulation. Une fois la règle passée, on repère les manques et on comble à la truelle.
7. Retrait des guides :
Nous avons attendu que l’enduit prenne un peu pour ôter les guides. Ensuite, nous avons comblé les trous à la truelle.
8. Talochage de l’enduit :
Une fois le mur complètement enduit, nous avons taloché. Le talochage se fait par mouvements circulaires pour uniformiser l’enduit. Nous avons taloché jusqu’à obtenir une surface plane.
9. Le lissage :
Pour un rendu final plus lisse, nous avons lissé l’enduit taloché avec une éponge de maçon mouillée, toujours avec des mouvements circulaires, sans appuyer. Cette étape permet de supprimer toutes les traces dues au talochage. Comme expliqué plus haut, plus votre sable est fin, et plus le rendu final sera lisse !
Il n’y a plus qu’à laisser sécher ! Votre enduit s’éclaircira en séchant.
Rien ne vous empêche de le peindre plus tard.
Nous espérons que cet article vous sera utile.
Bon talochage  
« Une fois l’enduit appliqué sur le mur entre les guides, nous l’avons tiré à la règle du haut vers le bas en faisant glisser la règle de gauche à droite tout en montant pour enlever le surplus.  »
« Tirer à la règle », OK.
« Du haut vers le bas », OK,
Mais alors, pourquoi « de gauche à droite en montant » ?
Perso, vais plutôt essayer de bas en haut…
Pis de gauche à droite ET de droite à gauche
Bonjour Stéphane,
Les mouvements de gauche à droite se font tout en remontant la règle pour ne pas arracher l’enduit du mur. Ce sont des petits mouvement de gauche à droite pour monter plus facilement. Mais je vous invite à faire comme vous voulez (n’étant moi-même pas un professionnel)
Du bas vers le haut, c’était l’idée, et les mouvements latéraux, identiques à ceux que je réalise pour tirer mes dalles, pas de soucis de ce coté.
Simplement, je ne comprenait pas le pourquoi de l’explication  » …du haut vers le bas… »
Ah oui en effet il y avait une erreur dans l’article.
C’est corrigé, merci de nous l’avoir signalé !
Bonjour;
Pro ou pas je n’ai qu’ une chose à vous dire, MERCI! Merci pour ce tuto accompagné de photos et d’ explications claires. Votre muret est superbe, je suis en pleine construction d’un petit muret de soutennement. Bonne continuation à vous.
Bonjour Pierre !
Merci d’avoir laissé ce gentil commentaire.
Nous espérons voir des photos de votre petit muret !
Bonne continuation.
Bonjour.
Merci pour votre tuto très clair.
J’avais vu partout qu’il fallait faire les enduits ciments en 3 couches (gobetis, corps d’enduit puis finition) mais votre solution me va mieux !!!
1 couche en moins ca m’arrange !!
Je voulais savoir si vous aviez peint votre muret ?
Si oui, avec quel genre de peinture ?
Pourriez vous poster ou m’envoyer quelques photos de votre enduit sec (peint ou non) pour que je puisse me rendre compte de l’aspect final.
Bonjour Laguitte,
Nous n’avons pas encore peint mais on a des différences de couleur entre les poteaux et les murs (comme tout n’a pas été fait le même jour) donc nous allons sûrement peindre à l’avenir. Il faut savoir que comme il n’y a pas de chaux dans notre enduit, celui-ci n’est pas étanche donc il est préférable d’opter pour une peinture extérieure étanche. Nous posterons des photos dès que c’est fait
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec*
  Recevoir un e-mail quand un nouveau commentaire est ajouté

faire un gobetis
Créez un compte ou connectez-vous pour des recommandations personnalisées
x Advertising Console Copy to clipboard
Space ↑ ↓ m f Esc → ← Shift → Shift ← 0 – 9 → ←
© 2005 – 2017 Dailymotion
Pays : france
Nous utilisons des cookies en vue d’améliorer votre expérience en ligne et de vous offrir des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En utilisant Dailymotion, vous reconnaissez accepter notre charte sur les cookies .

faire un gobetis
Accueil Enduits et Crépis Faire un enduit de façade : tout ce qu’il faut savoir pour faire un enduit façade
Posté le janvier 7, 2015ParBenDansEnduits et Crépis Pas de commentaire
Comment isoler par l extérieur No. of Hits :3632
Comment faire un enduit de façade en application manuelle No. of Hits :3725
Façade extérieure en carrelage No. of Hits :2867
Comment démousser votre façade No. of Hits :3019
Qui dit ravalement de façade dit forcémentenduit de façade! En effet, l’enduit sera souvent la finition de façade indispensable pour décorer, protéger et faire durer votre façade. Dès lors, il est indispensable de savoirfaire un enduit de façadequand on souhaite construire ou rénover une façade. Heureusement pour vous, nous allons vous présenter aujourd’hui notre méthode pourposer un enduit de façadeen toute simplicité !
L’enduit de façade est une couche de mortier que l’on pose sur unmur extérieur . Son rôle est à la fois esthétique et structurel. Il va en effet décorer un mur nu d’une part, et renforcer ce mur d’autre part. L’enduit de façade est en effet essentiel pourprotéger votre mur extérieurdes intempéries.
Si l’ application d’un enduit de façaden’est pas forcément très technique pour un bon maçon, elle n’est pas pour autant à la portée de n’importe qui. Si vous ne vous sentez pas les compétences de faire un enduit de façade, nous vous recommandons de faire une demande dedevis pour enduit façade . Confier les travaux à un artisan maçon vous assurera en effet un travail de qualité !
Voici une méthode étape par étapepourfaire un enduit de façade durableet bien posé.Il est essentiel de respecter chaque étape pour un résultat impeccable :
Un enduit a besoin d’un mur préparé, sans quoi il n’adhérera jamais. Dans un premier temps, il faudra supprimer toute trace de l’ancien enduit,mais aussinettoyer la façadesi nécessaire.On éliminera toute trace de précédent revêtement et toute poussière. Ne négligez pas cette étape, sans quoi votreenduit de façadene va pas adhérer.
Le mur doit être débarrassé de toute trace de peinture ou de crépi. Si la façade est trop lisse, pensez àla rendre rugueuseà l’aide d’un marteau. Vous pouvez également envisager la pose d’un treillis métallique pour faciliter l’adhésion de l’enduit, ce qui sera uniquement recommandé pour un mur abîmé, car l’opération est plus complexe.
Pourpréparer un enduit de façade , l’idéal est de travailler soi-même le mortier. Le mortier à utiliser est un mélange de sable et de ciment. On utilisera généralement deux sceaux de sable, mélangés à un sceau de ciment ou chaux.
On ajoutera bien entendu de l’eau à ce mélange, jusqu’à obtenir unenduit de façade fluidepour le gobetis (la première couche d’accrochage), puis un peu plus épais pour les deux couches suivantes.
La première étape de pose d’un enduit de façade est le gobetis, qui est lacouche d’accrochage . Votre mortier, pour cette couche, doit être liquide. On applique bien évidemment l’enduit de façade à la truelle, en travaillant du haut vers le bas.
Évitez de trop étaler le gobetis. Votre mur doit justement rester rugueux, car cette première couche va faciliter l’accrochage de l’enduit de façade.
Une fois le gobetis sec (attendez en général 24 heures), vous pouvez appliquer le corps d’enduit, qui constitue la seconde couche de votreenduit de façade . Le corps d’enduit, comme son nom l’indique, est extrêmement important, car c’est lui qui va faire l’épaisseur de votre enduit de façade.
On appliquera cette couche sur 15mm environ, toujours à la truelle. Une fois le mortier placé à la truelle, on utilisera unerègle de maçonpour le dresser. Une fois encore, on évitera de lisser le corps d’enduit pour permettre l’adhérence de la troisième couche.
La troisième et dernière couche est unecouche de finition . Elle ne mesure guère plus que 5mm d’épaisseur, à appliquer directement à la taloche, une fois le corps d’enduit sec. Utilisez le talochage pour donner l’apparence finale à votre enduit de façade.
Attention cependant à ne pas trop insister avec la taloche, sans quoi l’enduit de façade risque de se fissurer une fois sec.
Pour terminer, voici quelques conseils à suivre au moment defaire un enduit de façade . Ils vous permettront d’éviter les erreurs de débutant :
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec*
Vous pouvez utiliser ces balises et attributsHTML  :


Copyright 2014 - Conseils en ravalement et devis façade -Mentions légales

faire un gobetis

de : guillit
le :mar. 3 juil. 2007 à 09h35

de : "Testadura"
le :mar. 3 juil. 2007 à 10h18

de : guillit
le :mar. 3 juil. 2007 à 11h02

de : guillit
le :mar. 3 juil. 2007 à 14h16

de : guillit
le :mer. 4 juil. 2007 à 11h35

de : guillit
le :mer. 4 juil. 2007 à 13h47

de : Tony
le :mer. 4 juil. 2007 à 15h06

de : guillit
le :mer. 4 juil. 2007 à 16h01

de : guillit
le :jeu. 5 juil. 2007 à 09h35

de : guillit
le :jeu. 5 juil. 2007 à 12h37

de : guillit
le :jeu. 5 juil. 2007 à 15h47

de : guillit
le :jeu. 5 juil. 2007 à 15h52

de : guillit
le :ven. 6 juil. 2007 à 08h56

Bonjour,
Je dois réaliser un gobetis avant de poser mon enduit.
Sur la fiche technique, c'est écrit qu'on peut le réaliser avec les
même ingrédient que le corps d'enduit, mais dosé à 900 kg/m3.
Question con (mais moi je le saurais moins si vous me répondez) :
quesque ça veut dire ?
Merci
Guillaume
guillit a écrit:
Bonjour,
Je dois réaliser un gobetis avant de poser mon enduit.
Sur la fiche technique, c'est écrit qu'on peut le réaliser avec les
même ingrédient que le corps d'enduit, mais dosé à 900 kg/m3.
Question con (mais moi je le saurais moins si vous me répondez) :
quesque ça veut dire ?
cela veut dire que tu dois mettre plus de ciment sur ton gobetis.
Au lieu de mettre 1 pelle de ciment et 3 de sable qui donne du mortier
normal dosé à 350kg
il faudrait mettre une pelle de ciment pour 2 pelles de sable
et tu auras un mortier à plus ou moins 600 ou 700 kg/m3 ce qui est suffisant
pour un gobetis
en insistant tu peux essayer une pelle de ciment pour une pelle et demi de
sable
On 3 juil, 10:18, "Testadura"a écrit:
guillit a écrit:
> Bonjour,
> Je dois réaliser un gobetis avant de poser mon enduit.
> Sur la fiche technique, c'est écrit qu'on peut le réaliser avec les
> même ingrédient que le corps d'enduit, mais dosé à 900 kg/m3.
> Question con (mais moi je le saurais moins si vous me répondez) :
> quesque ça veut dire ?
cela veut dire que tu dois mettre plus de ciment sur ton gobetis.
Au lieu de mettre 1 pelle de ciment et 3 de sable qui donne du mortier
normal dosé à 350kg
il faudrait mettre une pelle de ciment pour 2 pelles de sable
et tu auras un mortier à plus ou moins 600 ou 700 kg/m3 ce qui est suff=
isant
pour un gobetis
en insistant tu peux essayer une pelle de ciment pour une pelle et demi de
sable
Merci pour cette réponse
Dans mon cas il s'agit d'un enduit chaux/chanvre.
La masse volumique donnée du corps d'enduit est de 700 à 850 kg/m3
Donc il faut que je charge un peux plus en chaux et moins en chanvre
pour réaliser le gobetis.
On 3 juil, 12:40, "Testadura"a écrit:
Jette à la poubelle tout ce que j'ai dit, je pensais qu'il s'agissait d=
'un
enduit au mortier de ciment.
Même pour un enduit chaux il est fortement préférable de faire un g=
obetis au
ciment.
Un gobetis chaux - chanvre je n'ai aucune idée de ce que cela peut donn=
er,
peut-être faut-il un primaire d'accrochage.- Masquer le texte des messa=
ges précédents -
Le pricipe est le même pour ce qui est des proportions.
Ciment ou chaux, sable ou chanvre ou les deux.
J'ai compris que pour le gobetis il faut que je charge un peu plus en
chaux que pour ce qui est donné pour le corps d'enduit.
Donc cela m'a aidé
Merci
On 3 juil, 14:35, "[ Fred ]"a écrit:
faudrait que tu nous dises sur quel support, c'est ça l'important.
Fred
Vieux mur en pierre "du tout venant".
J'ai récreusé les joints sur 1 ou 2 cm.
Je ne sais pas si je fais un gobetis ou si je regarnis simplement les
joints, de façon grossière, pour faire une surface d'accroche au corps
d'enduit.
Certains le réalisent même sans gobetis, mais j'ai envi de mettre
toute les chances de mon côté...
On 4 juil, 12:24, "[ Fred ]"a écrit:
Donc ciment proscrit, sinon gare aux problèmes ... Tu peux rejointoyer
(mortier de chaux) avant de faire un gobetis.
Fred
Merci
Je n'ai jamais voulu employer de ciment. Sinon, je ne me serais pas
lancé dans ce genre d'enduit.
En fait ma question de départ était que je ne comprenais pas le terme
"dosage à 900 kg/m3".
Je ne comprend pas réellement comment je peux faire mon dosage de
chaux et de chanvre et d'eau à partir de ce terme.
Bonjour.
On 4 juil, 13:47, guillita écrit:
Je ne comprend pas réellement comment je peux faire mon dosage de
chaux et de chanvre et d'eau à partir de ce terme.
Peut-etre que ce qui te gene c'est que c'est un dosage chaux/sable
uniquement. Dans le gobetis, tu ne mets pas de chanvre.
Le gobetis te sert a "salire" ton mur, a faire une accroche.
Donc tu commences par rejointoyer tes pierres pour etre tranquille.
Puis un gobetis avec le dosgae qu'on te donne.
Ensuite le corps d'enduit avec chaux et chanvre.
Et si c'est a l'exterieur ou en finition interieur, un enduit chaux/
sable.
Tony
On 4 juil, 15:06, Tonya écrit:
Bonjour.
On 4 juil, 13:47, guillita écrit:
> Je ne comprend pas réellement comment je peux faire mon dosage de
> chaux et de chanvre et d'eau à partir de ce terme.
Peut-etre que ce qui te gene c'est que c'est un dosage chaux/sable
uniquement. Dans le gobetis, tu ne mets pas de chanvre.
Le gobetis te sert a "salire" ton mur, a faire une accroche.
Donc tu commences par rejointoyer tes pierres pour etre tranquille.
Puis un gobetis avec le dosgae qu'on te donne.
Ensuite le corps d'enduit avec chaux et chanvre.
Et si c'est a l'exterieur ou en finition interieur, un enduit chaux/
sable.
Tony
Pour être plus précis je ne fas pas le mélange chaux/sable moi-même.
J'utilise du Tradichanvre pour ne pas le citer (chaux plus charge
minérale).
Ils disent sur la fiche technique : " Les gobetis peuvent être
réalisés avec du TRADICHANVRE (chaux)+ CHANVRIBAT (chanvre) dosées =
à
900 kg/m3.
Sinon je compte procéder comme décrit en milieu de la page 2 de ce
lien pour regarnir les joints tout en faisant ma couche d'accroche.

http://www.escalebio.com/maisonetdeco/fiche/chaux/ficheCHAU....

Merci pour vos réponses
On 4 juil, 18:37, "pita"a écrit:
900 kg de ciment pour 1 m3 c'est énormément beaucoup trop pour un gob=
etis,
l'accrochage sera mauvais. (première couche d'un enduit servant d'accro=
chage
à la couche suivante)
La dose est de 1 sac de 35 kg + 80 litres de sable,et environ 30 litres
d'eau , ce qui permet de couvrir une surface d'environ 25 m=B2.
S'il s'agit de faire un enduitsur un mur de pierres, il est inutile de
jointoyer au préalablepar contre il est indispensable d'utiliser de la
chaux et non du ciment artificiel.
Merci Pita, mais cela à été abordé juste au-dessus. Il n'est pas
question d'utiliser du ciment ni de batard.
L'enduit et le gobetis sont faits à la chaux exclusivement.
On 5 juil, 12:26, "pita"a écrit:
C'estce que j'ai dit!et cela à deja été fait cela fait deux=
avis au
lieu d'un ....
Par contre il n'est pas dit suffisamment que trop de ciment dans un morti=
er
est inutile et même nuisibleàl'efficacité
Ok, merci,
mais ça n'a rien à voir avec ma question...Qui parle de ciment ??
On 5 juil, 14:56, "pita"a écrit:
N'est pas d'école cedosage de 900 kg de ciment (terme générique q=
ue ce
soit de la chauxou autre liant ) par m3 de sable pour un gobetis.
(35 kg de liant pour 80 litres de sable) etaitla réponse indirecte =
à ta
question soit : "< Gobetis dosée à 900Kg/m3, Question con ../..:q=
uesque
ça veut dire ?>"
Autant pour moi, je ne savais pas que le terme ciment englobait aussi
la chaux.
Je pense que le calcul est fossé si on ne pense que sable et ciment,
car le tradical est déja un mélange chaux/charge minéral auquel on
ajoute du chanvre. Pour le gobetis aussi.
Merci pour les réponses.
J'attaque l'enduit la semaine prochaine (en intérieur). Je vous dirais
si ça a tenu.
Merci à cette météo pourrie qui me permet de maintenir une températ=
ure
idéale dans la maison.
Je pense que le calcul est fossé si on ne pense que sable et ciment,
car le tradical est déja un mélange chaux/charge minéral auquel on
ajoute du chanvre. Pour le gobetis aussi.
Je précise : dans un sac il y a 65% de chaux et 35% de charge
minérale. Ce n'est pas un sac 100% ciment.
On 5 juil, 17:49, "pita"a écrit:
"guillit"a écrit
Je pense que le calcul est fossé si on ne pense que sable et ciment,
car le tradical est déja un mélange chaux/charge minéral auquel on
ajoute du chanvre. Pour le gobetis aussi.
=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D
Si tu utilises des produits spécifiques, il est evident qu'il suffit de
suivre les instructions du fabricant , la question "générale" de la
composition d'un gobetis ne se pose plus. ni de "qu'est-ce que c'est" car
bien souvent le fabriquant ne dévoile pas les compositions exactes de s=
es
mélanges et des adjuvants.
Oui et c'est bien là mon problème, quand ils disent dosage à 900 kg /
m3
Cela veut dire quoi : 900 kg de produit pour 1000 L de mortier ?

faire un gobetis

Outils personnels

Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter
Affichages

Lire
Modifier
Modifier le wikicode
Historique

Un enduit est une mince couche de mortier, de plâtre... que l'on étale sur une cloison ou un mur pour lui donner une belle apparence ou le protéger contre les infiltrations d'eau.
Ici nous allons traiter seulement de l'enduit traditionnel au ciment, projeté sur :
Cet enduit taloché fin ou lissé (truelle lisseuse) pourra être crépi ou peint...
Le mur doit être sain, débarrassé de trace d'enduit ancien mal accroché et dépoussiéré. Si la surface est trop lisse (linteaux en béton armé...), on devra la rendre rugueuse à l'aide d'un marteau pointu. L'enduit n'adhère pas sur la peinture ni sur une protection hydrofuge au silicone. Si nécessaire on peut faciliter l'accrochage de la couche d'enduit en fixant sur le support un treillis métallique à mailles serrées. Ce genre de grillage peut être nécessaire si la couche d'enduit dépasse 2 centimètres. C'est le cas d'un mur dont l'aplomb est défectueux
L'épaisseur optimum d'un enduit est de l'ordre de 1 cm et sa surface devra être parfaitement plane et verticale. En outre les angles saillants devront être protégés par des renforts en acier ou en PVC. Ces renforts sont fixés solidement sur le mur par des clous à béton voire par des chevilles. Si la distance entre deux angles saillants est supérieure à 2 mètres on fixera verticalement avec des clous à béton ou des chevillettes des règles provisoires d'épaisseur égale à celle de l'enduit fini. Ces règles peuvent être réalisées dans des lattes de bois bien droites, si possible rabotées et sans nœud. Après un talochage sommaire de l'enduit, les règles intermédiaires seront enlevées et la place qu'elles occupaient sera comblée avec du mortier.
Toutes les fenêtres, portes, poutres et autres objets risquant d'être salis par les projections de mortier seront protégés soigneusement à l'aide d'un écran en polyéthylène. Poser une planche au pied du mur pour pouvoir ramasser le mortier tombé.
Une bétonnière afin d'obtenir un mélange homogène et une teinte régulière
On peut se procurer du mélange sec tout prêt. Cette solution convient bien pour les petites surfaces mais est peu économique pour les chantiers plus importants.
Une solution traditionnelle emploie :
La chaux rend le mortier plus collant, le ciment fait l'enduit plus dur. Si l'enduit est appliqué sur une maçonnerie traditionnelle (pierre, chaux, terre, bois...), il est important de savoir que le ciment empêchera les murs de "respirer" et que l'humidité sera plus élevée à l'intérieur (c'est à proscrire totalement, car l'humidité et le gel délitent les murs). Pour obtenir un enduit plus respirant, on peut remplacer le ciment par de la chaux hydraulique. Pour les enduits intérieurs, il conviendra d'utiliser une chaux dite aérienne (CL ou DL). Un sable plus gros (0-5) complique le lissage. Le ciment et surtout la chaux sont desproduits corrosifspour la peau et dangereux pour les yeux.
- en poudre pour une future application sur l'enduit fini (peinture,enduit de couleur,crépi,...)
- liquide, mais dans ce cas rien ne tiendra !
puis ajouter l'eau nécessaire de façon à obtenir :
Projeter le mortier sur un mur n'est pas très difficile mais il faut acquérir lecoup de patte , surtout dans les positions délicates. On peut débuter en appliquant la méthode suivante :
Arroser le mur s'il est chaud et sec puis attendre un peu qu'il soit essuyé.
Le but est de salir le mur avec un mortier très liquide pour faciliter l'accrochage de l'enduit. On laisseratirercette couche d'accrochage pendant plusieurs heures au minimum. Nettoyer la face de référence des règles.
Chaque couche projetée aura au maximum 1 cm d'épaisseur. Il faudra donc procéder en plusieurs fois pour les couches épaisses en laissant tirer chaque couche successive pendant au minimum deux ou trois jours. Passer la règle aluminium sur les règles de référence pour enlever le surplus en laissant quelques mm|millimètres pour la couche de finition. Talocher régulièrement en créant des huit avec la taloche pour serrer le mortier et aplanir la surface sans creuser.
La couche de finition doit être appliquée sur la dernière couche encore fraîche mais ayant tiré un peu. On peut utiliser un mortier plus ou moins liquide, un peu plus riche en ciment ou fabriqué avec du sable plus fin. Talocher sommairement avec la taloche dure, laisser sécher un peu et talocher légèrement avec un morceau de polystyrène à haute densité ou une taloche en mousse pour faire tomber les plus gros grains de sable. On obtient ainsi une surface très lisse.
L'enduit acquiert sa dureté maximale au bout d'un mois mais il est déjà solide au bout d'une journée.

faire un gobetis
Echange d'expériences entre pros, et articles pour des travaux adaptés et durables
Finitions conseillées avec un enduit industriel:
Les finitions économiques habituellement proposées, écrasées ou brutes de projection, ont été inventées pour aller plus vite et cacher le manque de maîtrise de nombreux applicateurs. Ces finitions sont à exclure sur le bâti ancien.
Il y a évidemment un petit pourcentage de « façadiers » qui maîtrisent les enduits talochés fin.  Le taloché, c’est la finition qui révèle le savoir-faire du maçon. La finition talochée protège au mieux le mur par son épaisseur régulière. Sa surface lisse limite les infiltrations et l’accrochage des araignées ou de la salissure.
En milieu naturel ou à proximité de bâtisses anciennes, une maison neuve doit éviter d’accentuer ses lignes droites par un enduit trop lisse ou des baguettes PVC.
Une finition « gratté fin » facilitera l’intégration visuelle d’une construction neuve recouverte d’un enduit industriel dans un environnement sensible. On évite ainsi l’aspect tendu des enduits prêts à l’emploi talochés, souvent rendus brillants par les hydrofuges.
Appliqué à la main ou à la machine ?
Peu importe le mode d’application. On applique généralement les enduits industriels à la machine mais les mortiers préparés sur chantier peuvent aussi passer par les tuyaux, avec quelques précautions : On tamise pour éliminer les grains supérieurs à 5 mm, on réalise un mortier bâtard chaux aérienne / chaux hydraulique et on ajoute du savon et un entraineur d’air (non hydrofugé) aux gâchée pour fluidifier le mortier sans excés d’eau. En pratique mieux vaut choisir l’artisan au vu de la qualité des travaux qu’il réalise et lui laisser le choix du mode d’application qu’il maîtrise.
Les Enduits Prêts à l’Emploi, dits « EPE » ou « enduits formulés » ou « enduits industriels », sont majoritairement étudiés pour les supports neufs. Les produits conseillés pour enduire des aglos en ciment, le béton ou les enduit ciment existants ne sont pas adaptés aux supports anciens. Pour les murs du bâti ancien exigez un EPE adapté, conforme au DTU pour le bâti ancien.
Formulés sur chantier à partir de sables et de chaux, ils mettent en valeur les couleurs et les grains des sables locaux. Ils sortent de l’aspect standard des enduits industriels à quelques conditions : Le maçon ne doit pas formuler de mauvais produits industriels en ajoutant des adjuvants (résines, hydrofuges, anti gel) ni du ciment. Le professionnel qui maîtrise les enduits à la chaux utilisera des chaux naturelles et choisira des sables expressifs par leur couleur ou leur granulométrie.
Appliquer un enduit à la chaux sur un support ciment ?
Les murs de votre maison ne sont pas anciens mais vous souhaitez bénéficier de la qualité esthétique d’un enduit à la chaux. Attention DANGER ! Une finition à la chaux posée sur un enduit ciment se dégradera rapidement. Seule consolation, cette erreur ne met pas en danger les murs mais seulement l’esthétique.
Il ne faut pas demander à un artisan d’appliquer sur un support en aglo ou en béton un mortier à la chaux de sa fabrication ni un enduit bâtard ciment-chaux dopé à la résine. Il risque de réaliser un enduit industriel mal formulé.
– Un produit « aspect chaux » sans chaux mais compatible avec le support neuf.
– Une finition d’enduit prête à l’emploi « à la chaux » posée sur un corps d’enduit adapté au support neuf. Cette sous-couche fera interface pour pallier à l’incompatibilité entre la finition chaux et le support étanche. Dans ce cas mieux vaut faire confiance aux industriels et appliquer l’enduit adapté au support qu’ils proposent,  avec leur finition « à la chaux » compatible.
Quant à l’aspect, à vous de juger sur des chantiers déjà réalisés. Le résultat dépend  évidemment du produit et de son application.
Vous ne souhaitez pas piquer l’enduit mais seulement l’entretenir. Si vous parvenez à enlever entièrement la peinture il est généralement préférable de ne pas repeindre. Pour un prix comparable à une bonne peinture vous pouvez demander à un artisan maçon de réaliser une finition d’enduit.
Quand peindre ?  Il peut-être avantageux de repeindre dans les cas suivants :
– L’enduit n’est pas à la chaux et la peinture est très difficile à enlever. On peut repeindre avec une peinture organique ou Sol-Silicate.
– L’enduit existant est à la chaux et ne présente pas de défauts d’aspect (irrégularités de surface visibles sous la couche de peinture) et la peinture organique (résine dérivée du pétrole) est stable, difficile à décaper. On peut aussi repeindre avec une peinture organique ou Sol-Silicate.
– L’enduit à la chaux est en bon état et la peinture organique peu adhérente. On peut décaper et appliquer un badigeon ou une peinture silicate.
– La peinture est un ancien badigeon à la chaux appliqué sur un enduit à la chaux.
Toute peinture organique est à éviter. On peut facilement appliquer un nouveau badigeon à la chaux ou une peinture silicate.
Quand réaliser une finition d’enduit ?
Dans tous les cas où vous parvenez à éliminer entièrement la peinture sans dégrader l’enduit qui la porte.
– Si la peinture farine et peut se brosser à sec ou se décaper au Karcher.
– Si vous disposez d’un appareil à sabler, quand la peinture ne farine pas et que l’enduit est dur (on ne peut pas sabler une peinture si l’enduit est à la chaux).
– Si l’enduit nécessite des reprises ponctuelles qui vont se voir sous une couche de peinture.
– Les travaux préparatoires semblent devoir être long et coûteux pour n’avoir finalement qu’une économie mineure par rapport à un enduit entièrement refait entièrement.
Si vous hésitez demandez deux devis. Un à un maçon pour tout refaire et l’autre à un peintre pour des reprises avant peinture. Et n’oubliez pas en regardant le prix que dans un cas vous aurez un enduit neuf et dans l’autre un enduit rapiécé.
– Si vous avez pu dégager le support (il ne reste plus de film de peinture) choisissez une peinture minérale. Au silicate sur les enduits durs, et à la chaux (badigeon) sur les enduits poreux.
– S’il reste de la peinture appliquez une peinture de même nature que la précédente.
A la chaux sur les anciens badigeons.
Silicate sur les anciennes peintures au silicate.
Organiques ou Sol-Silicate sur les anciennes peintures organiques.
On observe fréquemment cette finition en milieu rural. L’enduit » fouetté » (on dit aussi « posé au balais ») doit son nom à son mode de finition. On pouvait soit poser la finition avec la branche, soit jeter et dresser mortier de finition à la truelle est fouetter ensuite la finition déjà posée avec la branche. Dans les 2 cas on régularisait l’aspect de surface par une empreinte régulière. On évitait ainsi le recours à la taloche qui induisait une micro fissuration quand le mortier était trop gras. (gras = contient trop de fines = sables terreux). Quelques rares artisans appliquent ces mortiers qui contiennent de la terre. Vous pouvez envisager la reprise de mortiers anciens localement dégradés, si vous avez la chance de trouver un artisan qui sache les appliquer. Maîtrisées, ces techniques à base de sables terreux sont très performantes.
Serrée à la taloche bois, la finition talochée laisse un enduit sans relief ni creux. Peu salissante, cette finition régulière met en valeur le coup de main de l’artisan mais les coups de taloche se voient en lumière rasante et trahissent le manque de maîtrise. Teintés de préférence en masse par des sables, ces enduits peuvent rester talochés, ou recevoir un badigeon de chaux coloré, appliqué « à fresco » sur la finition, le même jour. Les enduits talochés réalisés au début du 19eme avec des sables grenus, irréguliers, se sont peu à peu tendu, devenant de plus en plus lisses et le sable tamisé plus fin. Cette évolution s’achève avec le badigeon de chaux et parfois le stuc, finitions tendues, plus urbaine, plus ou moins colorés et décorés selon les régions. En milieu rural on recherchera des sables qui copient les couleurs des terres et des sables locaux.
Le grattage rend la surface des enduit plus perméable à l’eau. Il ouvre la surface des enduits trop durs mais altère les enduits à la chaux aérienne qui s’opposent à la pénétration de l’eau par le serrage de la taloche.
Les grattés fins conviennent esthétiquement et techniquement aux enduits industriels, hydrofugés en masse. Le gratté gomme aussi les effets de brillance apportés en surface par les hydrofuges.
On désigne ainsi les murs dont l’enduit laisse voir quelques têtes de pierres.
Entièrement recouverts à l’origine par un enduit à la chaux fouetté ou taloché, ces murs se découvrent par usure de l’enduit.
La fine couche d’enduit se décolle d’abord des grosses pierres qui présentent une face parallèle à l’enduit. Par erreur nous interprétons cet effet du temps comme une intention esthétique.
Les enduits à têtes vues réalisés de nos jours présentent diverses erreurs. L’enduit en surépaisseur va chercher en retrait les pierres qu’il veut laisser voir et les pierres apparentes n’ont pas toute une grande face plane parallèle à l’enduit.
Si l’on souhaite intégrer un mur repris à un mur ancien conservé, on peut appliquer une fine couche d’enduit talochée au nu des pierres.
Les murs en pierres irrégulières « de tout-venant » présentent des joints larges. On appliquait parfois un mortier de chaux et sable sans chercher à enduire la façade mais sans faire le tour de chaque pierre. Le mortier qui déborde du joint est écrasé à la truelle sur les pierres qu’il recouvre partiellement. Les plus petites pierres disparaissent, noyées sous le mortier des joints.
Cet aspect de finition était généralement utilisé par économie, en pignon ou sur les bâtiments à fonction agricole, non habités et ventilés, fermés par des menuiseries non étanches. Le paysan pouvait réaliser lui-même ces joints et économiser la main d’oeuvre d’un artisan. ( voir aussi l’article « Réaliser des joints à la chaux » )
On trouve quelques enduits tyroliens à la chaux accompagnés de décors réalisés par contraste entre les parties talochées et le grain tyrolien.
Des badigeons colorés soulignent parfois ces dessins. Ces enduits peuvent être protégés et ravivés par application d’un badigeon de chaux.
Au cours du 20 eme siècle les enduits tyroliens au ciment se sont multiplié. Si le mur n’a pas trop souffert de l’humidité, on peut entretenir ces enduits. La difficulté sera de reprendre les parties altérées avec un mortier de composition et d’aspect proche. Une chaux hydraulique NHL 5 (forte) permet d’approcher la résistance des ciments moins forts utilisés à l’époque. On devra chercher à copier le grain de surface. On laissera sécher les reprises avant d’appliquer un lait de chaux hydraulique sur l’ensemble de la surface. La réalisation d’enduits tyroliens neufs au ciment étant exclue sur le bâti ancien, on peut utiliser une chaux hydraulique NHL 3,5 mais le plus difficile sera de maîtriser l’application d’un grain régulier.
Les finitions inadaptées au bâti ancien :  
Les enduits brût de projection et les enduits écrasés ont comme seul bût d’aller vite sur les villas et de masquer le manque de savoir-faire que révèlerait un enduit taloché.
Ces enduits ont aussi tendance par leur irrégularité à retenir les salissures et les araignées. Quant à la protection apportée elle est égale à l’épaisseur au fond des creux. Les enduits utilisés pour ces finitions sont durs. Ils fissurent et sont et inadaptés aux murs anciens.
Les enduits talochés peuvent rester apparents. Le choix du sable apporte alors la teinte dominante. On peut nuancer cette teinte en associant un sable neutre à des sables plus grenus ou plus colorés ou à de la terre cuite concassée. Selon les régions, on observe dans les enduits différents apports, pierre broyée, schistes etc… Une part de terre (non organique) plus ou moins importante pouvait remplacer le sable. Toute la difficulté sera de trouver aujourd’hui un artisan qui maîtrise cette technique pourtant cohérente.
Les teintes des sables, des agrégats et des terres restent généralement peu soutenues, à l’exception de certaines terres rouges ou orangées. Les sables peuvent donner des beiges, beiges jaunes, et des orangés. Les terres parcourent les même nuances et y ajoutent des tons « terre de sienne » (papier Kraft clair) ou bruns jusqu’à des orangés et des rouges. Les terres cuites concassées peuvent donner des enduits roses.
Teinte en surface à fresco ou à sec 
Les enduits talochés peuvent recevoir un badigeon ou une patine à la chaux. On  applique ces teintes de préférence sur l’enduit encore frais, le jour même, ou à mi-frais, le lendemain. On copie alors les teintes des badigeons colorés observés sur le bâti ancien de la région. Cette technique permet toute une gamme de teintes, du beige jaune à l’ocre rouge saturé, parfois jusqu’aux bleus, clairs ou foncés et grisés.
On évite cette technique, lui préférant la teinte en masse par les agrégats ou la teinte en surface « à fresco ». Les colorants en masse peuvent induire des teintes artificielles qui « sonnent faux ». Pratiquement, le mélange des d’oxydes, malaisé sur chantier, peut induire des taches. Si l’on teinte en masse, on veillera à ne pas forcer les doses d’oxydes, et à utiliser de préférence des terres naturelles (ocres jaune ou rouge et terre de sienne naturelle). Les terres se mélangent plus facilement et induisent moins de risques de teintes agressives.
Selon vos besoins, vous pourrez vous reporter aux articles suivants :  » Les chaux naturelles »  » Réaliser un enduit à la chaux »  » Rejointer le bâti ancien ».
Quelques mots clés pour parler des enduits.
Enduits adaptés aux supports anciens.
Enduits inadaptés aux murs anciens.
GARDER OU PIQUER L’ENDUIT EN PLACE ?
Le mur est ancien et l’enduit à la chaux.
Le mur est ancien mais l’enduit en place est au ciment.
L’enduit en place est au ciment mais le mur aussi.
Appliqué à la main ou à la machine ?
Appliquer un enduit à la chaux sur un support ciment ?
Quand réaliser une finition d’enduit ?
Les finitions inadaptées au bâti ancien
Teinte en surface à fresco ou à sec
RÉALISER : Voir la fiche conseil  « Réaliser un enduit à la chaux »
A r t i c l e sc o m p l é m e n t a i r e s
Un enduit adapté aux supports anciens : Portrait robot

Classé dans 1 - Notions de base ,Enduits
-Libellé chaux ,enduit ,enduit à la chaux ,enduits

Twitter
•Facebook
•Delicious
•StumbleUpon
•Courriel

Similar posts
Panorama des techniques à la chaux

Peinture à la chaux, badigeon et pati...

Murs, murs

Un enduit adapté aux supports anciens...

FICHUES FAÇADES

31 octobre 2016
at22:10
|Permalink

11 novembre 2016
at08:50
|Permalink

30 octobre 2016
at11:53
|Permalink

31 octobre 2016
at14:16
|Permalink

5 octobre 2016
at11:23
|Permalink

16 octobre 2016
at23:33
|Permalink

30 septembre 2016
at00:58
|Permalink

30 septembre 2016
at08:57
|Permalink

9 septembre 2016
at14:07
|Permalink

7 septembre 2016
at11:04
|Permalink

23 septembre 2016
at17:36
|Permalink

5 septembre 2016
at09:49
|Permalink

23 septembre 2016
at17:41
|Permalink

4 septembre 2016
at16:42
|Permalink

19 juillet 2016
at23:09
|Permalink

26 juillet 2016
at15:43
|Permalink

15 janvier 2016
at21:49
|Permalink

28 janvier 2016
at19:12
|Permalink

19 novembre 2015
at16:34
|Permalink

21 novembre 2015
at13:36
|Permalink

15 octobre 2015
at13:42
|Permalink

16 octobre 2015
at10:36
|Permalink

29 février 2016
at12:19
|Permalink

6 octobre 2015
at21:18
|Permalink

12 octobre 2015
at23:14
|Permalink

15 septembre 2015
at15:39
|Permalink

16 septembre 2015
at10:48
|Permalink

26 juillet 2015
at17:09
|Permalink

13 juillet 2015
at11:22
|Permalink

14 juillet 2015
at15:12
|Permalink

24 juillet 2014
at12:10
|Permalink

23 juillet 2014
at11:34
|Permalink

23 juillet 2014
at14:31
|Permalink

15 juillet 2014
at18:24
|Permalink

15 juillet 2014
at21:30
|Permalink

2 juillet 2015
at21:30
|Permalink

Pour saisir un commentaire c'est ici ⤵Annuler la réponse.

Pour recevoir ... LE PDF DES DOSAGES DE BASElaissez votre email ici⤵
Vos données resteront confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
On attend d’un enduit qu’il décore et protège durablement les murs, mais quel enduit ? Est-il adapté au support et quelle finition choisir ?
Un enduit de plus de 2000 ans à Délos.
Quelles différences entre un enduit prêt à l’emploi et un enduit réalisé par le maçon sur chantier ?
Dans quelles situations faut-il préférer un enduit à la chaux ou au ciment ?
Dans cette fiche conseil nous avons essayé de répondre à ces quelques questions quand les travaux concernent le bâti ancien.
( Sommaire détaillé à la fin de la fiche )
DIAGNOSTIQUER / CHOISIR / RÉALISERPour faciliter la prise en compte de ces recommandations nous vous proposons un parcours en 3 étapes.
1ère étape – DIAGNOSTIQUER :On part d’une situation réelle, votre chantier. Quel est l’état et le type de support ? Cet état des lieux doit vous permettre d’évaluer les désordres et les travaux adaptés.
2ème étape – CHOISIR :Des choix techniques ou esthétiques se posent. Nous pointerons les avantages et inconvénients des différentes solutions.
3ème étape – RÉALISER :A partir des recommandations de cet article vous avez choisi un enduit adapté à votre situation, un aspect de finition et un mode de coloration. Dans la fiche conseil «  Réaliser un enduit à la chaux  » nous décrirons les étapes de la réalisation d’un enduit à la chaux adapté au bâti ancien et réalisé sur chantier par le maçon.
Quelques mots clés pour parler des enduits, du support à la finition.
HOURDÉ: Les pierres des murs anciens sont généralement « hourdées » (=bâties) avec un mortier parfois composé de chaux et sable mais souvent de terre crue.
GOBETIS: Mortier fortement dosé en liant et composé d’un sable cru (sans fines). Jeté liquide sur le mur, le gobetis crée un accrochage pour le corps d’enduit quand les pierres sont lisses. Si les joints sont larges on les bourre au nu des pierres et on applique souvent le corps d’enduit sans gobetis préalable.
CORPS D’ENDUIT: C’est la couche la plus épaisse de l’enduit. Elle s’applique directement sur le mur ou sur un gobetis. Elle va recevoir la finition.
FINITION: Couche qui donne sa teinte et son aspect final à l’enduit, souvent talochée.
Tout diagnostic commence par un état des lieux. On identifie le type de mur et le type d’enduit en place. On décrit le plus exactement possible les matériaux et leur état actuel.
En adaptant cette approche à votre situation vous pourrez dialoguer avec l’artisan dans un langage plus technique. L’état actuel doit parfois être repris pour parvenir à l’état final recherché.
Ces travaux préparatoires vont assurer la remise à niveau du support pour qu’il puisse reçevoir la finition souhaitée. L’état de dégradation ou le type d’enduit en place peuvent aussi s’avérer incompatibles avec la qualité finale recherchée. L’enduit sera piqué et le mur assaini pour recevoir un enduit neuf adapté au support.
Cette approche technique est nécessaire. Contrairement à une idée reçue, esthétique et technique ne sont pas indépendants. Si vous êtes sensibles aux techniques à la chaux, et soucieux de l’état de vos murs anciens, vous avez probablement déjà constaté cette évidence.
Pierres de tout-venant et joints friables
Par support « ancien » nous désignons tous les murs bâtis (on dit aussi hourdés) sans ciment.
Les joints de ces murs se composent généralement de terre, plus rarement de sable et de chaux.
Les murs composés de petites pierres de tout-venant ou de galets présentent souvent des joints larges en terre, certains remplissages de pans de bois également.
Les joints et les matériaux sensibles à l’humidité se conservent très bien derrière un enduit de protection respirant.
Les murs se composent de matériaux hourdés (pierres, briques, galets) parfois résistants à l’eau mais les  joints sont toujours sensibles à l’humidité. Si le mur est exposé au vent dominant il recevra des pluies battantes.
Les joints larges favorisent les pénétrations d’eau et demandent souvent la protection d’un enduit. L’enduit devra protéger sans enfermer l’humidité.
Les enduits adaptés aux supports anciens.
L’enduit sera compatible avec votre mur anciens’il crée des conditions favorables à la conservation des matériaux les plus sensibles du mur, les joints en terre, les pierre tendres et le bois .
Ces matériaux gardent leur résistance tant qu’ils restent secs mais se dégradent si l’enduit les étouffe. Les enduits à la chaux réalisés par les artisans sans ajout de ciment ni de résine conviennent aux maisons bâties (hourdées) sans ciment.
Les enduits industriels adaptés aux supports durs ne sont pas adaptés aux supports anciens.  Vous trouverez des indications pour identifier les rares enduits prêts à l’emploi adaptés aux supports anciens, dans le chapitre sur  « Les enduits industriels ».
Enduits inadaptés aux murs anciens :
Les enduits ciment enferment l’humidité et altèrent les murs en pierre et les joints.
Un enduit est inadapté s’il est plus dur et plus étanche que les matériaux qu’il est sensé protéger.
Trois types d’enduit s’avèrent inadaptés :
Les enduits réalisés avec du ciment à la place de la chaux.
Les « bâtards » ciment-chaux (pratique encore courante dans certaines régions).
Les enduits prêts à l’emploi quand ils sont prévus pour recouvrir les murs des maisons neuves. Si on vous propose d’appliquer un enduit prêt à l’emploi sur vos murs anciens, demandez si ce produit peut aussi s’appliquer sur un mur dur en ciment. Si c’est le cas, ce produit n’est pas adapté à votre situation.
Quelques indices pour savoir si l’enduit qui recouvre votre mur est à la chaux : 
Si vous concassez un morceau d’enduit il révèle souvent des grains de sables de grosseur variée.
Sa surface peut-être patiné dans une teinte terre (en milieu rural) alors qu’il est blanc dans son épaisseur. Si l’enduit a une  couleur terre dans sa masse, il contient de la terre, jamais des pigments.
Une partie de la chaux peut apparaître sous forme de nodules blancs de 5 à 10 mm (les incuits et surcuits). 
La masse de l’enduit se compose d’un liant blanc, y compris pour les couches en contact avec le mur.
L’érosion a lavé les grains de sables à moins que des laits de chaux d’entretien n’aient été appliqués tous les 20 ans.
Appliqué en couche fine sur de grosses pierres froides, l’enduit à la chaux s’est décollé ponctuellement au bout de quelques dizaines d’années. Détaché des plus grosses pierres, l’enduit donne un effet d’enduit « à têtes vues ». Nous prenons à tort pour un effet esthétique volontaire ce qui provient d’une dégradation lente.
On nomme souvent « Enduit à têtes vues » un enduit qui à l’origine recouvrait les pierres.
L’enduit souple absorbe les coups. Il « sonne » sourd. Un enduit ancien peut sonner creux à l’aplomb d’une pierre mais être bien accroché par les joints. S’il n’est pas friable, vous pouvez probablement le conserver.A l’inverse, les enduits ciment se décollent par plaque.
Un enduit ancien à la chaux est poreux, il se mouille facilement mais sèche tout aussi vite (on dit qu’il « respire »). Les matériaux du mur ne se détériorent donc pas sous l’effet d’une humidité permanente. Les très vieux enduits à la chaux sont généralement plus dégradés en pied de mur qu’en partie haute (d’où l’utilité des soubassements en surépaisseur).
En résumé, un enduit à la chaux s’érode lentement si on ne l’entretient pas un minimum mais sous l’enduit, les joints et le mur restent en bon état.
Un enduit à la chaux se comporte comme les matériaux sensibles du mur qu’il protège. Faute d’entretien il se dégrade avant que le mur ne s’altère. A l’inverse, les enduits ciment enferment le mur et les joints et les pierres tendres se dégradent sous l’enduit. Quand l’enduit ciment tombe, dessous, le mal est fait.
Pouvez-vous conserver votre enduit à la chaux ?
OUI si l’enduit présente un bon aspect général, des altérations localisées en pied de mur, s’il est dégradé ponctuellement à l’aplomb de certaines grosses pierres du mur.
NON si les reprises représentent plus de 20% de la façade.
Les couches en contact avec le mur sont le plus souvent grises. L’enduit « sonne » comme un matériau dur. Derrière l’enduit non dégradé on découvre des joints sans résistance rendus pulvérulents par l’humidité enfermée (si le mur est humide).
Les grains de sables sont peu mis en valeur. En résumé, les enduits inadaptés résistent au détriment des matériaux qu’ils devraient protéger.
OUI si après sondage il s’avère que le mur n’est pas humide, les joints stables (non pulvérulents) et si la maison ne présente pas de caractère particulier.
NON si l’on constate une dégradation des joints, des pierres tendres ou des bois, si l’on souhaite assainir le mur, si la maison comporte des encadrements en pierres qui se dégradent sous l’effet de l’humidité qui sort par les pierres, faute de pouvoir sortir par l’enduit.
Peut-on trouver des enduits industriels adaptés aux murs anciens ?
Ils sont peu nombreux, peu connus, plus chers que les enduits commercialisés pour le neuf et rarement proposés par les artisans façadiers. Vous trouverez au chapitre suivant un résumé des situations adaptées à  l’emploi d’un enduit industriel.
GARDER OU PIQUER L’ENDUIT EN PLACE ?
Si l’humidité se manifeste sous un enduit qui contient trop de ciment, les pierres tendres se désagrégeront lentement mais les joints perdront rapidement toute cohésion. Une seule solution s’impose : Purger l’enduit et les joints en ciment pour retrouver le support ancien.
On piquera aussi si l’enduit existant n’est pas en ciment mais qu’il a fait son temps et si le mur n’est pas enduit mais simplement rejointé et que vous souhaitez l’enduire.
Dans tous les cas on commence par purger l’ancien enduit, les joints trop friables et les joints en ciment stables mais néfastes pour le mur.
Le mur est ancien et l’enduit à la chaux :
L’enduit présente un bon aspect général malgré quelques altérations en pied de mur. Des reprises ponctuelles seront nécessaires avant une finition à la chaux ou un badigeon.
Les reprises représentent plus du 1/4 de la surface.
On gardera l’enduit si …Seule la base du mur est humide. On réalisera un soubassement en surépaisseur, avec une chaux hydraulique, sans résines ni hydrofuges ni ciment.
Le mur est ancien mais l’enduit en place est au ciment :
Il est toujours préférable de piquer les enduits et les joints réalisés avec du ciment ou avec des enduits industriels durs et étanches. L’humidité qui remonte dans les murs (dite capillaire) ou qui s’infiltre lors des pluies doit pouvoir s’évaporer. Si elle est retenue elle migre vers l’intérieur et entraîne des moisissures.
Sur la photo, l’enduit ciment bloque l’humidité et la force à sortir en excès du côté de l’enduit à la chaux voisin qui se désagrège alors qu’il reste stable à l’écart du ciment.
Si l’enduit est au ciment, si trop dur et trop étanche il enferme l’humidité.
Si un revêtement plastique recouvre un enduit à la chaux, il ne sera pas possible d’enlever le revêtement sans dégrader l’enduit.
Si l’humidité du mur ou des remontées de sels désagrègent l’enduit ou se manifestent du côté intérieur.
Si l’enduit en place est au ciment mais le mur n’est pas humide et l’on souhaite limiter la dépense. On piquera quand même sur la hauteur du soubassement pour ménager une zone d’évaporation.
Si l’enduit est peint mais non dégradé,  il faudra décaper toute trace de peinture pour retrouver un support stable et rugueux qui recevra une finition d’enduit à la chaux.
L’enduit est au ciment mais le mur aussi :
Nous n’aborderons pas ici en détail le choix des enduits pour les supports en aglo de ciment ou en béton. Les enduits industriels proposés conviennent généralement à ces supports. Ils sont de la même famille et les erreurs sont moins fréquentes.
Nos recommandations portent essentiellement sur l’application des techniques à la chaux sur le bâti ancien. En complément nous résumons ici les précautions d’emploi des enduits industriels en environnement ancien.
Les enduits industriels ont été créés pour les supports neufs. Appliqués à la machine ils protègent les murs par une couche fortement hydrofugée qui recouvre le mur de 10 mm à 15 mm d’enduit maximum. Que ce soit pour enduire des aglos en ciment, du béton banché, ou des briques, vous trouverez sans peine des enduits adaptés à ces supports durs, peu sensibles à l’eau et hourdés au ciment. Sur le béton cellulaire de type Siporex, sur les revêtements isolants ou d’autres supports neufs de faible résistance il faut absolument exiger un enduit prévu à cet effet. Les fabricants indiquent les supports neufs compatibles avec leurs produits.
Il existe quelques rares enduits industriels adaptés aux supports anciens. Peu nombreux et un peu plus chers que les enduits formulés pour les supports neufs, ils sont rarement proposés. L’enduit sera adapté si sa fiche technique mentionne clairement le nom de votre support (pisé, murs hourdés aux mortiers peu résistants) en accord avec le chapitre 11 du DTU 26/1. L’enduit doit être de faible résistance, très perméable à la vapeur d’eau, très peu hydrofugé et très élastique (ce qui se traduit par un « module d’élasticité » faible, inférieur à 3 500 MPa). Ces informations sont peu communiquées par les fabricants qui ne sont pas daccord entre eux sur les caractéristiques d’un enduit adapté aux supports anciens faibles.
Ne vous laissez pas impressionner par lesfinitions« à la chaux ». Techniquementle plus important c’est la couche qui est en contact avec le support,  sous la finition.
Les joints et le corps d’enduit doivent être réalisés avec un produit adapté aux critères du DTU pour le bâti ancien, décrit ci-dessus. La finition doit être compatible avec le corps d’enduit qui la porte.
Si votre maison ancienne est déjà rejointoyée ou enduite au ciment, le mal est fait. Au mieux les pierres du mur sont froides, peu insensibles à l’eau, et votre maison ne présente pas de trace d’humidité. Vous pouvez alors vous contenter de réaliser une finition d’enduit industriel sur l’enduit ciment existant. Vous en trouverez sans peine pour ce type de support. N’appliquez surtout pas une finition à la chaux sur une sous-couche en ciment. Elle se dégradera.
Si l’enduit existant est à la chaux et en assez bon état, il est conseillé de ne pas le recouvrir avec un enduit industriel. On réalise des reprises avec de la chaux et du sable. On laisse sécher et on applique une couche de badigeon de chaux en entretien.
Si un industriel vous propose de recouvrir un enduit à la chaux avec un de ses produits, demandez à voir quelques chantiers réalisés dans ces conditions.
Nous ne pouvons pas donner de couleur précise valable dans toutes les régions et nous ne prétendons pas proposer une pseudo palette régionale sans fondement comme on en trouve tant.
Nous partons d’une évidence : Si la technique est cohérente la teinte le sera aussi pour peu que l’on observe les teintes réalisées avec cette même technique sur les façades anciennes de la région.
Autrement dit, pour ne pas faire d’erreur on ne transposera pas les teintes observées dans une technique dans une autre. Par exemple, un badigeon de chaux orangé copié en peinture organique sera systématiquement agressif ou triste, trop orangé ou trop marron.
Avant de préciser la nuance du jaune, de l’orangé ou du beige, on se demande quelle technique sera utilisée. On regarde par technique les matériaux disponibles (sables ou colorants) et l’on recherche des traces de couleurs dans la technique retenue.
Cette approche garantit au mieux le choix d’une teinte en accord avec les techniques et avec les pratiques cohérentes de la région. En se limitant aux teintes réalisées avec les techniques à la chaux on évitera les choix de teintes arbitraires des nuanciers.
En observant les teintes des façades anciennes nous profitons de la maîtrise des artisans, quand ils préparaient eux même leurs couleurs. Ils avaient trouvé des harmonies simples qui marchaient, en accord avec les matériaux, les techniques et l’environnement naturel et culturel.
(Ces points seront développés dans une fiche conseil sur le choix des couleurs).
Et n’oubliez pas de me dire dans les commentaires
quelles infos vous auriez aimé trouver en plus dans cet article.
J’ai construit cet été un barbecue en béton cellulaire, dont voici une photo en pièce jointe.
Maintenant que l’été est fini (et donc les barbecues aussi), il faudrait que je me mette à appliquer de l’enduit pour le protéger des intempéries hivernales .
Alors, si j’ai bien compris, il faut au préalable que je fasse un gobetis sur le barbecue, et ensuite je pourrai appliquer l’enduit. Pour info, voici l’enduit que j’ai pris :http://www.vpi.vicat.fr/Le-catalogue/Facade/Fiches-produits/Enduits-traditionnels/ENDUNI-C-VPI . Sur le sac de l’enduit, il est bien conseillé d’appliquer un gobetis avant l’enduit (donc pas d’application directe sur le béton cellulaire).
Mais voici mon problème: sachant que je n’y connais strictement rien en matière de maçonnerie (mais vraiment rien du tout ), pouvez-vous me dire comment faire ce gobetis? Je crois qu’il faut de la chaux et du sable. Faut-il aussi du ciment? Quelles sont les proportions à utiliser ?
Je vous remercie par avance pour les conseils que vous me donnerez.
Cordialement.
Bonjour
Sur du siporex (matériau tendre) pas de ciment. Une chaux hydraulique est largement assez résistante.
Dosages (sur la fiche de dosage) :
Gobetis : 1 seau de chaux + 2 seaux de « sable zéro/quatre » (grains jusqu’à 4mm). Mélange assez liquide. Mouillez le siporex puis utilisez une tyrolienne à manivelle pour « salir le sipo partout ou vous devez accrocher un enduit. Laissez sècher 1 semaine. Brossez pour faire tomber les grains de sable mal accrochés. Appliquez votre enduit. (tyrolienne à voir sur le blog dans le lexique)
Vous pouvez m’envoyer des photos à infosATblog-patrimoine-facades.com
Merci
Bonjour,
je désire réaliser un isolation par l’extérieur puis un enduit chaux réalisé sur du nergalto.
Je possède un sablon.
Avez vous des retours d’expérience pour les enduits sur support nergalto (épaisseur, formulation, nombre de couche etc )
Merci et encore bravo pour votre site.
PArtez sur des épaisseur normales : corps de 10 mm au dessus du nergalto (maxi 15mm) et finition de 5 à 8mm. Mais je n’ai pas d’expérience sur ce support. Il faut évidemment bien l’accrocher. Cherchez des personnes qui l’ont déjà pratiqué, c’est moins risqué.
Merci pour cet article très intéressant.
Pour ma part, j’ai un mur intérieur de refend d’environ 70cm d’épaisseur qui est enduit au ciment sur les deux faces sur environ 80cm puis avec une sorte de plâtre bien blanc recouvert lui-même par endroit d’un enduit très dur style colle de carreaux de plâtre.
Sur la partie ciment il n’y a pas de traces d’humidité mais au dessus, entre 80cm et 1m30 le plâtre est humide à 70% surtout autour des parties ou une sorte de MAP a été mis…. puis s’assèche jusqu’à 10% à2m10
Je pensais garder le ciment en soubassement car je ne sais vraiment pas sur quoi je vais tomber et par contre gratter à minima le plâtre humide au dessus, surtout la sorte de MAP mise en oeuvre.
Que me conseiller vous?
Quels produits seraient les plus adaptés?
Il s’agit d’une maison de 1800, ancienne forge, puis grange, qui a subi pas mal de modification, rénovation (pas toujours réussi) au fil du temps.
Le plâtre est humide à cause du ciment. Il faut piquer le ciment en fin d’hiver, laisser sécher le plus longtemps possible avant d’appliquer un enduit à la chaux « perspirant » qui ne bloque pas l’humidité. Les meilleurs sont les enduits d’assainissement prévus pour les soubassements.
Comment enlever un revêtement plastique appliqué sur un enduit avant derefaire l’enduit d’une autre couleur ou bien de pouvoir peindre le mur ?
ça dépend de la peinture … si elle farine ou s’écaille, ou est bien accrochée ? C’est parfois difficile. Gratter à la main ou sabler si l’enduit au dessous est dur et en ciment, décapant biodégradable en cataplasme (cher et long). Décapeur thermique pour les zones sculptées incrustées. Tout fixer et repasser par dessus (plus rapide et pas très écolo). Pour les RPE c’est très variable. certains sont très accrochés et dur et d’autres faciles à décoller. S’ils sont bien accrochés et ont un aspect minéral et rugueux, appliquez une finition d’enduit par dessus.
Merci beaucoup pour votre réponse.
Merci infiniment.
Bonjour, d’abord félicitations pour votre site riche en contenu et en conseils. J’ai cependant une question sur un cas particulier . Je possède une maison des années 1920, dont les pignons sont composés principalement en parpaing mâchefer . L’ancien propriétaire à appliqué un enduit imperméable et une peinture hydrofuge ce qui provoque des éclatements des soubassements et un faïençage important des parties hautes. Partant du principe que le mâchefer est poreux, friable, et ayant besoin de respirer, pensez vous que je puisse appliquer les conseils de vos articles sur les enduits Chaux sur ce type de matériaux ? Avez vous des conseils ou un retour d expérience à ce sujet ? D avance merci
Bonjour
Je n’ai pas d’expérience sur le machefer mais les enduits chaux sont adaptés aux supports poreux.
Ca devrait donc bien marcher ensemble, après avoir piqué l’enduit actuel.
Un très grand Merci pour votre article si détaillé, il sent bon l’amour du travail bien fait!
A mon tour je retape la cave d’une maison de villégiature début XXème en région parisienne, enmeulière. J’aurai voulu savoir comment enduire les murs intérieur de ma cave, sachant que les murs sont maçonnés en meulières donc avec joints ciment. J’étais parti pour faire un enduit chanvre-chaux, mais à la lecture de vos mots ça semble pas adapté…
Que me conseillez vous?
Merci beaucoup pour votre réponse.
Meulière = pierre dure donc compatible avec le ciment à priori.
Sur ce mur s’il n’y a pas d’humidité le chaux chanvre aura un effet de « régulateur thermique » qui coupe le rayonnement froid.
Demandez dans un magasin écologique un poseur d’enduit chaux chanvre de votre région, il vous dira s’il a constaté des risques mais je ne vois pas à part l’humidité.
Bonjour,
Je suis tombée sur votre site en recherchant des infos sur l’enduit à la chaux et c’est très intéressant les détails que vous y donnez.Par contre j’ai un petit souci et j’aimerais avoir votre avis dessus.
J’ai un mur en parpaings(crépi en ciment de l’intérieur et non crépi à l’extérieur)que je voudraisrecouvrir d’un enduit à la chaux de l’extérieur.J’ai lu que la chaux hydraulique était recommandé pour les enduits à l’extérieur et malheureusement,cette chaux n’existe pas chez moi(Cameroun).
On y vend par contre la fleur de chaux,en provenance d’Espagne. Est-il possible que je puisse mélanger la fleur de chaux à du sable très fin pour réaliser mon enduit? Si oui,ce type de mélange est-il imperméable? Aussi ce mélange conviendrait-il à des mursdes zones très chaudes? On atteint facilement des températures de 40° voir 45° et c’est une chaleur humide.
Je vous remercie beaucoup de m’orienter.
Bonjour
La chaux aérienne sera rendue hydraulique si vous trouvez de ma pouzzolane fine (2mm maxi) pour remplacer 30 à 50% du sable. Testez pour voir si le mélange est hydraulique (voir article sur la prise pouzzolanique).
Sinon la chaux aérienne doit être appliquée en couches de 10mm maxi. Entretenir l’humidité par pulvérisation fine chaque jour (sans arroser). Attendre 1 mois avant d’appliquer une autre couche si besoin. Quand l’enduit vous convient appliquez un badigeon de chaux pour protéger l’enduit. Il sera facile de repasser par dessus quand il s’usera est il protègera l’enduit. l’enduit laissera sortir l’humidité. Il ne sera pas étanche mais perspirant. Etanche = retient l’humidité = problèmes.
Merci beaucoup pour ce blog et pour toutes ces informations qui sont très enrichissantes. J’ai une question concernant votre article. Vous dites que si une maison ancienne est déjà enduite au ciment, il ne faut surtout pas une finition à la chaux sur une sous-couche en ciment car elle se dégraderait.
Je possède une vieille ferme dont un mur est enduit au ciment (les autres sont à la chaux) et j’ai un souci d’humidité sur toute la partie basse de ce mur (le drainage me semble lui correct, pas d’accumulation d’eau). Je souhaite faire décrépir le soubassement (qui semble être réalisé en plaque de ciment) pour le remplacer par un enduit à la chaux sur une hauteur de 60 cm. En revanche, je pense laisser toute la partie supérieure au soubassement avec son revêtement ciment (le mur faisant 17m de long sur 11 de hauteur).
Pensez vous que cela pourrait résoudre durablement mon problème ou faut-il décrépir tout le mur?
Je vous remercie beaucoup pour vos conseils.
En attendant de vous lire.
Cordialement,
Damien
Bonjour
S’il y a peu d’humidité ça pourrait être suffisant. Vous pouvez toujours faire le bas puis dans 1 an voir si ça suffit. parfois l’eau rentre aussi par des fissures.
Bonsoir.
Je lis votre blog avec attention depuis quelques temps. Je vous remercie pour toutes les connaissances que vous mettez à disposition. Malgré tout je reste perdue en ce qui concerne l’enduit appliqué sur ma maison bâtie en pierres (au moins pour un pignon). J’ai bien peur qu’il ne s’agisse d’un enduit ciment pas du tout adapté et qui pourrait expliquer l’origine de mes problèmes d’humidité. Puis-je vous envoyer des photos pour avoir votre avis éclairé ? Merci par avance.
Je vous envoie un mail avec mon mail pour recevoir les photos. merci
Bonjour et merci pour votre excellent blog.
Je suis en train de rénover une bâtisse (19e et 17e) enduite à la chaux etje m’apprêtais à tout faire refaire. Mais je m’apperçois en vous lisant que ce n’est paut-être pas nécessaire (%age de surface à reprendre). J’aimerai bien vous envoyer qq photos pour avoir votre avis ?
Bonjour
Vous pouvez m’envoyer des photos à infosATblog-patrimoine-facades.com
Merci
Site très enrichissant en conseil, mais je n’ai pas vu dans quel critère je rentre pour savoir quel enduit utiliser mais avoir une préférence pour une finition lisse avec la possibiliter de le peintre à l’avenir comme avoir la possibilité de laver le mur avec le karcher car j’ai une façade que je souhaite enduire seulement cette façade est couverte entièrement de petits carreaux bleus faisant 2.2 x 2.2 cm ?
Cordialement
Bernard
Bonjour
Si j’ai compris vous voulez enduire sur des carreaux de piscine ? Ce n’est pas compatible avec un enduit à la chaux. Pour accrocher il vous faut demander des enduits industriels chargés en résines et non respirants … ce n’est plus dans la logique du bâti ancien objet de ce blog.
Bonjour,
merci pour ce site très précieux !! ? le dtu 26.1 exclut les murs en terre crue ; quelles préconisations donneriez vous concernant la réalisation d ‘un enduit à la chaux sur ce type de support , et notamment la pose ou non de grillage galvanisé. dans quel cas ce type de renfort peut il être pertinent ? encore merci!!
Bonjour
Je n’ai pas d’expérience sur le Pisé.
On dit aussi qu’il faut parfois appliquer un badigeon sur la terre crue avant d’enduire.
Dans tous les cas un enduit à la chaux NHL 2 de préférence (moins dure)
Le grillage ou des fibres sont bénéfiques mais attention à ne pas trop charger en épaisseur.
Rapprochez vous d’éco-constructeurs pour savoir comment fixer le grillage.
A l’intérieur (non exposé à la pluie) vous pouvez vous contenter de reboucher les trous (avec de la terre crue + sable + fibres) et de badigeonner les murs (formule colature avec une chaux AÉRIENNE – pas de chaux hydraulique).
A l’intérieur un enduit de protection est inutile et un badigeon en X couches (au moins 2) apporte un aspect fini très satisfaisant et beaucoup plus facile à maîtriser qu’un enduit, plus difficile à maîtriser.
En 1ere couche diluer à 5 volumes d’eau pour 1 seau de chaux aérienne et 1 seau de marbre + prédose (voir article sur la collature)
Bonjour,Bravo pour toutes les explications,elles sont simples et bien expliqué.Je voudrais savoir si vous auriez une idée pour masquer nos appareils afin qu’ils puissent ètre exploités par les monuments historisques.Leur efficacité depuis 2003 n’est plus a montrée.Nous avons une liste qui n’arrète pas de s’aggrandir de clients qui n’en reviennent pas des résultats.Le principe est simple et logique et ça fonctionne très bien.J’attends votre  » tuyau qui va nous aider » Cordialement Jose frcohttp://www.innovaidea.es/fr
Avez vous des photos de ces appareils posés sur du patrimoine ( du bâti « ancien » de plus de 100 ans) ?
Quel est le principe de fonctionnement ?
Avez vous des exemples de pose avec un recul de plus de 10 ans ?
Bonjour,
ATTENTION au produit de la société BETXI SPI ou Innovaidea en ESPAGNE représenté par JOSE FRANCISCO GARCIA, ESCROC, VOLEUR, MENTEUR, commercialisant une copie du VMD sans autorisation de son inventeur,en ayant falsifié des rapports d’homologation et certification.
Il prendra votre argent et vous aurez toujours vos problèmes d’humidité ! FUYEZ !!!
Merci pour l’info mais sur quel principe repose cette « invention » anti humidité ? Quel est le nom du procédé ? L’original est il efficace ? merci
Bonjour,
merci pour toutes ces infos qui font grandement avancer les choses…
Je vais m’attaquer aux murs d’une fermette ancienne (probablement fin 18eme) faite de murs très épais, de pierres calcaire friables, terre, paille, planches de bois, etc….
après avoir décroûté les diverses couches de plâtre, de ciment, etc… je trouve un parement très grossier, mais qui a mon avis mériterait peut-être un corps d’enduit avec pierres apparentes (je parle des murs intérieurs) c’est l’épaisseur de la charge qui m’inquiète. Je vais devoir selon les endroits charger jusqu’a 10/12 centimètres pour redonner une forme à ce mur, en laissant apparaîtreles plus belles pierres. Conseillez vous alors de faire plusieurs passes? chaux hydraulique uniquement j’imagine? a part pour la finition?
merci d’avance,
et bon courage a tous!
Bonjour
On ne peut pas charger 10 cm. Avec chaux + sable, une passe = 1,5 cm. Sinon il faut appliquer un mortier de plâtre + chaux aérienne + sable OU de terre crue + sable + paille OU de chanvre + chaux aérienne.
Bonjour,
suite à vos conseils
j’avais un mur enduit depuis 20 ans avec un crépis sale, noir qui ne part pas avec karcher et des restes de peinture; (muret qui soutient restanque près de la piscine)
j’ai tout meuler avec disqueuse : résultat mur propre; mais je n’ai pas pu identifier la nature du support; c’est un mur agglos et le revêtement qui reste est bien dur et blanc;
j’en ai donc conclu que c’était du ciment ou enduit bâtard tout prêt
j’ai donc refait un enduit lisse entre 0.5 et 1 cm épaisseur en ciment et sable et rien d’autre (enduit que j’avais déjà fait et qui tient bien depuis des années sans broncher sur un autre mur). Dosé assez riche pour bien coller, talocher polystyrène (il n’y a pas eu de retrait).
Puis, j’ai eu l’idée sur cet enduit de réaliser un badigeon ciment et eau, bien dosé, coloré avec terre de sienne et ocre rouge; le résultat est très beau (mieux qu’avec peinture) il y a des nuances discrètes, le mur est lumineux…
La croute de ciment qui s’est formée est bien résistante et n’a pas fariné.
Pour protéger et de façon à ce que la couleur du badigeon ne change pasavec la pluie, j’ai décidé de mettre un imperméabilisant et hydrofuge (genre sika ou protect guard)
Mes questions : pouvez-vous m’apporter vos réactions, remarques et conseils sur mes travaux
le choix de l’enduit était-il judicieux;
le badigeon restera-t-il sur le support
l’imperméabilisant est-il une bonne idée
Bonjour
C’est moins mon domaine de compétence car je travaille sur des supports anciens. Dans votre cas l’enduit support était au ciment donc c’est cohérent. Pour ce qui est de l’effet de l’hydrofuge de surface, en général ils ont un effet variable. 2 ans, parfois 5 ans rarement 10 ans exposés aux UV. Je n’ai pas d’expérience avec recul. L’effet perlant est en général peu durable. Voir si le fabricant annonce que ça bloque le support ou si ça laisse passer la vapeur d’eau (c’est préférable). Evitez les produits qui ont un effet filmogène (ils modifient l’aspect et risquent de s’écailler ou de peler dans x années.
Avant toute chose, je vous remercie pour ce billet très précis et qui m’a permis de mieux comprendre comment avait été construit mon mur en pierre il y a presque 100 ans !
J’ai une question concernant les colorants en poudre (oxyde de fer) que l’on peut retrouver chez Sika (par exemple). Est-ce que teinter de la chaux NHL va modifier son caractère « respirant » ?
Bonjour
A ma connaissance les pigments ne modifient pas la porosité ou « perméance » du mortier.
je viens de visiter votre site je le trouve très explicite très détaillé .
je vous remercie pour toutes ces informations précieuses.
je vous souhaite mes félicitations et merci pour toutes ces informations que vous mettez à disposition des internautes désirant passer l’action,en gobetis et enduits.
super!
c’est une vraie mine d’or votre site.
en tout cas pour ma part je vous remercie.
à bientôt sur le site.
merci pour vos encouragements. Tellement de personnes passent et s’en vont sans rien dire ! N’hésitez pas à souligner les points qui peuvent être incomplets ou pas assez clairs, ou les thèmes qu’il vous semblerait utile de développer.
Bonjour
Je ne sais plus si je vous ai répondu. Dans tous les cas merci pour vos encouragements, toujours utiles pour garder l’envie de rédiger des articles.
Bonjour,
je suis auto-constructeurmaçon et j’ enduit a la chaux au sablon il n’y a pas de problème pour la projection a part le fête du séchage accéléré de l’enduit qui est difficile a travaillé même en mouillant le mur abondamment j’ai ajouté un aditif qui laisse respiré le support et qui retarde le séchage (fixopierre) mais la aussi c’est pas top.
Mais depuis peux j’enduis avec une machine d’enduiseur et la j’ai un problème de carotte qui ce forme quand j’arrête l’air de la vis sans fin, je ne ferme pas l’arrivé de l’enduit pour justement éviter le bouchon mais souvent ça bouche et c’est très galère.
J’ai ajouter a la gâcher 25 cl de savon noir pure pour 1 sac pour oxygéné l’enduit c’est mieux mais pas top encore, il existe des produit style lankoair 312 ou mapeair ae 20 mais ces des produits chère et difficile a commandé a cause du franco (très peu de monde les utilise) avez vous une astuce?
Merci,
Christophe.
Bonjour
Pour que ça passe en machine …sable fin / savon / entraineur d’air sans hydrofuge de type LANKO (vérifier s’il est sans hydrofuge) jaquette courte / 5 bars / savoir régler la machine / la chaux aérienne passe mieux que l’hydraulique. Exemple de dosage : 2 seaux de chaux aérienne « CL90 » + 2 seaux d’hydraulique « NHL 3,5 » + 5 seaux de sable fin 0/2 + 4 seaux de sable 0/4
Merci beaucoup pour votre réponse. J’ai bien qq photos mais je ne sais pas comment faire pour les mettre dans ce message. 🙁
Je souhaite m’approcher au maximum de l’enduit déjà existant sur un pignon. Celui que j’obtiens est trop blanc. Il est proche mais trop blanc. Quand le soleil est sur la maison l’ancien enduit prend des teintes très légèrement rosé (vraiment très léger) alors que le mien devient encore plus blanc au soleil.
Je sais plus quoi faire comme test.
Bonjour,
Je viens de faire x tests d’enduit de finition afin de trouver une teinte dans les beiges. J’ai utilisé du sable très fin de carrière ocre (orange très foncé) + du jaune+ du sable (grande surface) pour apporter du grain. La dizaine de test donne une couleur trop orange, trop jaune ou trop blanc .Je n’arrive pas à trouver le bon dosage de chacun pour obtenir LA couleur ! 🙂
Je viens donc vers vous afin de trouver la solution de dosage .Une partie de la maison à un enduit une couleur beige qui ressemble à la photo du site « joint beurré » . J’ai presque atteint cette couleur avec un dosage de8 vol. chaux 16 vol. sable jaune+ 7 vol sable grain + 1 vol de sable ocre. Le problème est que mon dosage est trop pauvre en chaux . Dès que j’ajoute de la chaux ( je suis passé à 9 vol de chaux )la couleur devient trop blanche. 🙁. Pouvez vous m’aider à trouver le bon dosage des différents éléments pour un enduit finition beige .
Bonjour
Pour du beige le plus simple est de prendre un sable jaune et de la chaux. Evidemment la teinte « beige » set difficile à définir avec des mots. Si vous pouvez prendre une photo du beige que vous cherchez, mettez une page blanche à côté du beige pour que je puisse un peu corriger la couleur. A mon avis le sable orange foncé est à éviter car il va tirer le beige vers un beige rosé ou saumoné. Dans tous les cas en finition restez entre 2,5 à 3 volumes de sables pour 1 volume de chaux.
Bonjour,
j’ai un mur en tout venant que j’ai décrépi car enduit ciment non respirant et j’aimerai savoir SVP quel type de chaux et type de sable je dois utiliser pour refaire l’enduit. Le mur tout venant est à joint épais en terre.
Merci pour votre appui et vos commentaires fort intéressants.
Sandrine
En général on recommande de remplir les joints avec un mélange de 4 seaux de chaux hydraulique (HNL 3,5 ou NHL 2) pour 10 seaux de sable 0/4 (0/4 signifie des grains de 0 à 4mm).
Un gobetis dosé à 5 seaux de chaux pour 10 seaux de sable 0/4 gris
Un corps d’enduit dosé à 4 seaux de chaux pour 10 seaux de sable 0/4 gris
Une finition d’enduit dosée à 3 seaux de chaux pour 9 à 10 seaux de sable 0/2 (sable fin et coloré)
Bonjour,
Déjà, Super blog !! Bravo et merci beaucoup pour toutes ces infos précieuses !
J’ai moi aussi un mur non crépi, tout venant, et joint épais en terre.
Les proportions citées plus haut à Sandrine CASTAING sont bien toutes en chaux hydraulique HNL 3,5 ? (pas de chaux aérienne)
Quelle doit être l’épaisseur du gobetis ?
Et celle du corps d’enduit ?
Merci de votre temps.
Loïc
Le gobetis n’a pas d’épaisseur. ce n’est pas une couche mais une « salissure » qu’on « gicle » sur le support pour y accrocher des grains de sable gros (sable 0/4 ou 0/5). Pour le corps d’enduit c’est 10mm minimum 15 maxi.
Pour appliquer le gobetis, une tyrolienne (boite avec manivelle) facilite le travail. Quand on ne sait pas « jeter » un gobetis à la truelle, la tyrolienne c’est facile et efficace.
Bonsoir,
sur votre première réponse vous parlez de chaux hydraulique pour les joints (HNL 3,5 ou NHL 2). Quel type de chaux (hydrau ou aérienne) faut il pour le gobetis, le corps d’enduits et la finition ?
Bravo pour ce blogs, une vraie mine d’informations.
Cordialement,
yannick
Le H de NHL signifie Hydraulique. Une chaux aérienne est normalisée CL 90. Gobetis et corps en NHL. Finition au choix, NHL ou NHL 2 (qui est comme un mélange de chaux hydraulique et aérienne) ou CL 90 (aérienne) s’il n’y a pas de risque de gel dans les 2 mois qui suivent.
Ah j’ai oublié de vous demander aussi, il n’est pas précisé le nombre de seaux en eau…j’imagine que c’est comme pour tout mélange au juché en fonction de la consistance.
Avez vous des indications à donner sur la consistance et/ou le volume approximatif en eau pour le gobetis et le corps d’enduit ?
Le gobetis peut-être un peu liquide. Le bût est de salir le support, pas de faire une couche donc le retrait n’a pas d’importance. Pour le corps d’enduit par contre faire un mortier avec assez d’eau pour avoir une bonne plasticité (ajoutez un peu de savon, ça facilite) mais pas trop sinon il va y avoir des fissures de retrait et il sera difficile de faire tenir une couche de 1cm. Sable 0/4 pour les 2 couches et pour les joints à remplir avant le gobetis, avec le même dosage que le corps d’enduit.
Merci pour vos réponses.
Certains utilisent un pot de projection branché sur compresseur pour projeter l’enduit, qu’en pensez vous ? Gain de temps ? Facilité de mise en œuvre ?
Personnellement je pense pouvoir prendre le coup de poignée assez rapidement, je manie pas mal la truelle et j’ai déjà jeté de l’enduit, mais bon un gain de temps et une luxation en moins serait pas mal, je risque de faire seul un pan de mur de 32m²…
J’ai déjà utilisé une tyrolienne aussi, mais l’avantage du pot de projection c’est qu’il pourrait me servir pour pas mal de choses.
Qu’en pensez vous ?
Bientôt une solution pour trouver l'artisan qui maîtrise les techniques dont vous avez besoin.
Je lance le site "Savoir-Faire-Eco-Patrimoine.fr"
Le principe est simple : Cherchez la technique ou l'ouvrage qui vous intéresse et vous trouverez les artisans qui savent le faire.
Allez voir et si vous avez un avis, laissez moi un message.
Pure Linetheme by Theme4Press  •  Powered byWordPress Patrimoine Façades    Echange d'expériences entre pros, et articles pour des travaux adaptés et durables